Articles et chroniques

Articles et chroniques

Ainsi Va la Vie… épisode n°109...Quelle est sa question ?

Aix-en-Provence_20110930_16.jpgNon vraiment ce titre n’est pas bon. Quand on est au courant de rien sur le contenu de l’histoire ça n’incite pas à aller plus loin. Bon désolé vous avez le droit de me quitter dès la deuxième ligne !

 

J’aurais dû titrer : Sexe et Confidences. Ça c’est un titre porteur. Hommes ou femmes tout le monde se sent concerné même ceux qui font semblant que… et jouent les puritains. Oui je sais ; c’est un peu racoleur. Mais ça chatouille illico la curiosité. C’est exactement comme la beauté. Si le plus important c’est la beauté intérieure pour parvenir à la découvrir il faut bien être attiré par quelque chose…A moins d’avoir des dons divinatoires. Et pour inciter à la lecture,  les deux accrochent les plus courantes et les plus usités  sont le titre et la photo. Mais bon tant pis, restons sur « Quelle est sa question ? » puisque c’est le vrai sujet du jour. 

 

Aix en Provence 7 heures du mat, Brasserie Léopold à deux pas du cours Mirabeau. Les marchands en général et les brocanteurs en particuliers qui ont déjà installé et bâché leurs stands par protection le temps d’une courte absence, se retrouvent pour le traditionnel café du matin. Café  qui est aussi prétexte  à refaire le monde en se basant sur de vagues réminiscences   du 20 heures de la veille, quelques infos locales glanées à la va vite sur les premières éditions du journal régional auxquels s’ajoutent des bribes de la vie ordinaire de chacun.

 

IMG_20180421_062400.jpgLes critiques et les doutes vont bon train. Mais ne sommes-nous pas  au milieu d’irascibles gaulois ? J’aime cette ambiance de France populaire et profonde qui se lève tôt. Une France qui donne, la bouche pâteuse et les yeux encore embués de sommeil, son opinion sur tout et son avis sur n’importe quoi  avec une force de conviction déconcertante. Une France qui  affirme sans preuves,  juge et condamne à l’emporte-pièce sans tribunal ni avocats mais prouve haut et fort que la liberté d’expression existe bel et bien  et a toujours existée dans ce beau pays des droits de l’homme.

 

On s’invective gentiment, on s’apprécie, on s’embrasse,  on se congratule, les mains se serrent ou tapent amicalement sur des épaules qui sursautent ou approuvent. C’est sympa, convivial, bon enfant.  Mais qui est dupe ? Il y a bien des clans, des familles, des amis ; mais chez les brocanteurs, comme ailleurs, pour éviter de  dire presque partout, les apparences qui laissent à penser qu’ils forment un groupe homogène et soudé proche du corporatisme n’est qu’un leurre. Un leurre qui cache des caractères souvent bien trempés et totalement individualistes ou chacun joue pour soi avant de jouer pour l’équipe. Mais n’est-ce pas là le propre de l’homme ? J’adore cet univers ou j’engrange, je récolte et me nourris abondamment de tout, de rien et de l’importance des choses sans importance.

 place-richelme.jpg

Ce matin à ma grande surprise, une amie, qui ne l’est plus au sens noble du terme  tant le temps et certains évènements creusent des fossés aux largeurs si démesurées qu’ils paraissent infranchissables et les ponts qui en surplombent le vide bien fragiles. Une amie donc, que je n’avais pas revue depuis des lustres, nous a rejoints.

 

Elle insiste, à la fois discrètement et maladroitement, pour s’assoir près ou en face de moi. Et, coup de bol, elle y parvient. Un sourire, un bonjour pincé  du bout des lèvres en baissant les yeux après m’avoir fixé quand je regardais ailleurs, ajoutés à un sentiment de mal-être qui transparait sur son visage et qui a mon avis n’a rien avoir avec nos lointains souvenirs,  ouvrent le chapitre qui va  suivre par de simples interrogations.

 

Qu’a-t-elle à me dire ? A me demander ? A m’exposer ? En un mot : Quelle est sa question ?… Je sens le vent venir alors que je suis encore à l’abri. Et pas un petit vent de type ; brise légère. Non non,  un gros vent du large qui vous mouille le visage et vous laisse un gout de sel sur les lèvres avant de vous picoter la peau quand il ne la brule pas au risque de vous obliger  à plisser les paupières. Pour ma référence a la mer mon ami le capitaine Kerboas vous confirmera. Mais là en l’occurrence ce n’était qu’une image.

 

Le jeu de l’actrice, si elle en était une, me ferait dire à la manière de Fabrice Lucchini que son histoire ; c’est du lourd ! Et pourtant, un petit ange qui planait au-dessus de ma tête il y a à peine une seconde  et vient de s’assoir sur mon épaule me chuchote à l’oreille qu’elle en fait trop ! En réalité sans le trahir sur sa confidence, qui comme toute confidence doit rester secrète, vous comprendrez ma discrétion !  Il me lâche :

-Tombe pas dans le panneau…Elle en fait des tonnes !

Tandis que sur l’autre épaule son alter ego au féminin, qui est une petite fée de type Mélusine et Clochette réunies, après lui avoir lancé de vilaines grimaces et tirer la langue en s’agrippant aux peu de cheveux qu’il me reste sur les tempes, pour justifier son désaccord,  me souffle dans l’autre oreille et quand je dis souffler je minimise tant mon tympan en bourdonne encore :

 - L’écoute pas ! Si ça se trouve elle est mal, très très mal ! Faut pas juger sur les apparences…

Ils ont raison tous les deux.

 aix_marche_credit_regis_cintas_flores.jpg_1.jpgElle s’est maintenant posée silencieuse. Son visage reste fermé même si elle suit des yeux sans mouvement de tête  chaque intervenant qui prend la parole sans jamais acquiescer à quoi que soit.

Je l’observe du coin de l’œil. Elle écoute d’une oreille discrète. Et même si elle sourit quand les autres rient, presque par condescendance, elle n’entre pas dans les échanges ou les mini-joutes verbales. Elle n’est pas venue  pour ça. Elle cherche un moyen de m’aborder. Mais au milieu des palabres elle ne sait pas comment s’y prendre. Vais-je l’abandonner ou l’aider ? Je n’ai pas besoin de mes deux petits conseillers, ils ne sont pas ma conscience. Ma fée et mon ange ne se prennent pas pour Jiminy Cricket.

 

Son regard bas qui fuit dans le vague sauf quand elle me fixe. Sa manière désinvolte, poignet cassé, de tourner sa petite cuillère dans sa tasse alors qu’elle n’a pas versé le contenu du sachet de sucre fin qu’elle a ouvert et conserve pincé entre le pouce et l’index de sa main gauche. Son col et son foulard en désordre. Son maquillage presque inexistant. Ses cheveux tout juste coiffés, elle habituellement si classe même dans le choix ou le port d’un jean ou d’un pull. Ces tout petits indices et quelques autres  parlent pour elle et m’informe sur la gravité de la situation.

 

Elle ne doit pas avoir une kyrielle de soucis à me confier. Non. Juste un. Et je me doute, allez savoir pourquoi, que son problème est d’ordre sentimental. Dans ce brouhaha, quand nos regards se croisent, elle me sourit. Que veulent dire ses regards qui évitent les miens et me fixent dès que je regarde ailleurs ? Secret de femme ?

 DSC03392 copie copier.jpg
Deux solutions s’ouvrent à moi : Soit je me lève. Je prends congé de mes complices de table et prise de court elle m’alpague dans le mouvement en s’aidant de  quelques mots :

- Tu aurais un moment ? J’aurais quelque chose à te demander.

Mais ce déclencheur facile me parait quelque peu brutal et risque devant témoin de la mettre mal à l’aise et moi aussi. Ou alors ! Je lui propose en feignant d’avoir moi-même quelque chose à lui dire de changer de table, après l’avoir remerciée de s’être dérangée, pour exposer mon problème en toute tranquillité. L’inversion des rôles ouvrirait une échappatoire simple et discrète.

 

Le risque ; c’est que je me sois trompé. Qu’elle n’ait aucuns problèmes à me soumettre. Qu’elle ne soit venue à ce rendez-vous matinal des amis du marché  juste pour changer d’air et s’oxygéner l’esprit. Et là ! Le ridicule ne tue pas mais le ridicule reste le ridicule et ça n’a jamais été ma tasse de thé même nappé d’un nuage lait ; me serait-il servi par une superbe anglaise qui ne me laisserait pas d’argile.

 

Je décide de mélanger les deux solutions. Je me lève, la remercie de s’être dérangée et comme si elle avait lu mon scénario prémédité par télépathie ; elle joue le jeu. Tout en déménageant sa tasse vers une autre table, d’une voix murmurée elle me remercie.

- Je ne savais pas comment t’aborder ? Et…

Son : « Et… » Reste en suspens et sans suite immédiate comme les trois petits points qui dessinent harmonieusement   une ouverture en forme de passage cloutés vers ce que nous voulons croire ou imaginer.

 

Mais à peine assise, comme si le vase dans lequel elle maintenait son problème avait atteint la limite du niveau de débordement, elle lâche la pression dans un débit de mots que je dois calmer pour bien comprendre et ne pas me noyer dans la confusion.

Sur mon conseil, elle fait une pose qu’elle ponctue d’un sourire approbateur qui me rappelle tout à coup combien j’aimais la couleur de ses yeux, puis   reprend son exposé dans le bon ordre ou presque.

 

Mais, faisons un break à ce niveau de l’histoire. Une pose si vous voulez. Vous venez de lire six pages au  format 148x 210  si nous étions dans un roman de taille normale et lu, celui-ci compris ; 1561 mots. Et oui… vous ne vous en êtes pas rendu compte ? C’est donc que vous êtes passionné par cette lecture. Elle vous absorbe. Vous n’en décollez pas… Merci. Mais si cette chronique était un scénario. Si vous regardiez sa concrétisation télévisuelle finale sur l’écran de votre salon et bien nous en serions précisément au moment de la pub.

 

Pub qui va vous permettre d’aller faire un tour au toilette et au retour de passer par le frigo pour boire à la bouteille  un peu d’eau des montagnes qui va  vous désaltérer alors que vous n’avez pas soif. Dans la foulée, puisque la porte est ouverte, vous piquez vite fait comme si vous braviez un interdit, un petit truc à becter sur le canapé. Mais gourmande, vous l’entamez copieusement  sur la parcours. Pourtant on vous l’a assez seriné ; il faut cinq fruits et légumes par jour et surtout pas de grignotages entre les repas ; faute de quoi le maillot de bain de l’année dernière va se venger l’heure venue à cause de votre laxisme alimentaire.

 

Bon, ce que je viens de faire est un petit exercice de style des plus casse-gueule. Si j’ai réussi vous êtes encore là. Sinon j’écris ces quelques mots pour personne. Bon si par hasard vous avez soif et de vous appliquer tout le pataquès que je viens d’évoquer je vais surligner la phase en cours comme ça en revenant vous pourrez reprendre votre lecture là où vous l’avez quittée

 

Donc si vous avez succombé aux trois tentations précédemment citées pendant notre pose pensez qu’il y a une multitude de « Docteurs Miracle » experts en diététique qui sauront vous convaincre d’acheter leurs livres et fautes de perdre des kilos vous vous allégerez de quelques euros.

Mais au fait, malgré cette pose votre impatience de connaitre la suite, le dénouement, et surtout la question de notre héroïne d’un jour a-t-elle faiblie ? Avez-vous perdu le fil ou trépignez-vous d’impatience ? C’est la question ! Non la question c’est : Que voulait-elle me demander ?

 

 Reprenons… juste un peu avant notre break pour nous remémorer…

 

….à peine assise, comme si le vase dans lequel elle maintenait son problème avait atteint la limite du niveau de débordement, elle lâche la pression dans un débit de mots que je dois calmer pour bien comprendre et ne pas me noyer dans la confusion.

Sur mon conseil, elle fait une pause (elle aussi, c’est contagieux) qu’elle ponctue d’un sourire approbateur qui me rappelle tout à coup combien j’aimais ce sourire et la couleur de ses yeux, puis   reprend son exposé dans le bon ordre ou presque.

 

J’ai oublié de vous préciser, pris  à contre-courant dans le débit de mots tumultueux  de ses explications confuses du début, qu’elle avait commencé par :

 

- Tu avais écrit un article qui s’intitulait : Avons-nous fait le bon choix ?

 

Et a cette annonce ma première réaction fut : Ouf ! Son problème est bien une histoire sentimentale et re-Ouf ! Je ne suis pas personnellement concerné puisque nous n’avons jamais été un choix antérieur.

 

Sa référence à mon article me fait plaisir ne le cachons pas. On ne s’est pas vu, pas parlé, pas téléphoné durant des années mais elle me lit. C’est touchant quand même. Et ça prouve bien, qu’a par le grand saut que nous ferons tous un jour, rien n’est jamais définitif.

DSC03392.JPG 

Durant plus d’une demi-heure je l’écoute attentivement me raconter tout et même plus par le détail, le menu détail et même le détail du détail. Par moment l’intime qu’elle me dévoile sans retenue me gêne terriblement. Son Histoire est une belle, très belle histoire qui ne finit pas mal mais… Son histoire est simple hyper simple comme toutes les histoires terriblement compliquées.

 

Et puis, à la fin de ce monologue ou mes interventions se cantonnent à rajouter des questions aux questions sans avoir la prétention de détenir la moindre réponse elle me fait jurer de ne jamais en parler ni à mon entourage ni dans mes chroniques .

Comme par principe je ne répète jamais rien qui puisse nuire à quiconque ou atteindre la vie privée le fait de promettre n’y changeait rien, mais pris dans l’élan j’ai promis !

 

Et maintenant de vous à moi, les yeux dans les yeux ! Je suis un homme de parole. Lancé comme ça, je l’avoue ça peut vous paraitre présomptueux et je le regrette mais c’est ainsi et je m’en flatte.  Pour moi une promesse et une promesse ! D’ailleurs, si je ne m’abuse, sur ce plan nous nous ressemblons. Alors, si nous sommes branchés sur la même longueur d’onde…. Que nous partageons le même point de vue… Cette règle du silence que j’aurais pu vous appliquer si vous aviez été a sa place ; vous comprendrez aisément que je n’en déroge pas. Au fond me direz-vous ; tout ça pour ça ? Et oui. Malgré toute la sympathie et l'amitié  que je vous porte … je ne vous dirais rien de plus !

Il en va, de la confiance d’une femme et de mon honneur. Et aux deux; c’est bête, mais j’y tiens.

Ainsi va la vie

(A suivre…)

 

Williams Franceschi

 

Mes amis si dans vos commentaires; non pas ici juste après mais sur ma page face book vous pouviez éviter de raconter l'histoire et surtout la fin... merci d'avance laisser un commentaire me ravi merci 

 

(Vous avez lu 10 pages et 2455 mots….Merci)

 

 

 

 

 

CONSEILS  de la SEMAINE

 

1) Concert: A.H.I  2018

avec: Christian DELAGRANGE ... François VALERIE... Jean-Jacques LAFON... Johnny BLUES

à 15h Salle J.Brel à Villepinte (93)

 

2) Théâtre: Quelque part dans la vie avec Emmanuelle DEVOS...Pierre ARDITTI

3) Chanson française: Lionel LANGLAIS Bateau-Théâtre Le Nez Rouge a 20h du 16 avril au 18 mai 

4) Théâtre: BABY avec Isabelle CARRE... Bruno SOLO ... Théâtre de l'Atelier Paris 

5) Expo Photo: Véronique DELCLOS Regard en Inde Carry le Rouet (13)

6) Roman:"Elle s'appelait Michèle" René Mestrallet

7) Roman: Mylène DEMONGEOT "La vie c'est génial" 

8) Chansons: Aude Duhamel Brassens aime le jazz tous les mercredis a 19h30 Théâtre Trévise

9) Music-hall: Frankly SINATRA 23 avril à 20h30 Olympia Paris

10) Cinéma: Comme les garçons premiers film de Julien Hallard

11)  One woman show: Elisabeth Buffet nouveau spectacle en tournée  toutes les dates 

 

 

 28279243_748497952021259_7179883042670517679_n  22 avril.jpg
0x1200x13240-or.jpg



 

 

 

 

 

 

 

 

 

30623605_2101631293196888_6506477258432053248_n.jpg



15112749268574_baby-theatre-de-latelier_37247.jpg



 


Capture 3.JPG



Capture elle s'appellait michelle.JPG30706362_600980453568179_5277261324873629696_n.jpg





1509724267234_brassens-aime-le-jazz-trevise_35781.jpg








15102270288496_frankly-sinatra-olympia_37025.jpg



27752073_10155355715360794_8223117207176698521_n.jpg
28378710_10215285455920083_2847920186080624640_o.jpg




 
 

 




 






21/04/2018
13 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 134 autres membres