Articles et chroniques

Articles et chroniques

Ainsi Va la vie… épisode n°258… ETRE SEUL !

images.jpg
Il fait beau, chaud, c’est les vacances
, on a des projets, des envies, il se passe tellement de choses négatives autour de nous qu’en comparaison  notre vie, même avec ses tracas  devrait avoir des relents de paradis…  et pourtant !...

Soucis d’argent… de parents… d’enfants… problèmes au boulots  que sais-je encore ?! Même la santé n’est pas au beau fixe… Y’a des jours comme ça... Mais quand ça dure, ça dure, des mois des années… Les mots de réconfort et de compréhension auxquels on répondait : « Non mais... ça va ! Ne t’inquiète pas » suivi d’un sourire en baissant les yeux, finissent  par ne plus nous atteindre. On ne les entend plus. Peu à peu pour ne pas qu’ils pensent que nous nous complaisons dans la douleur et la plainte on se tait ! Et dans ce silence  tout le monde finit  par croire que tout va bien ! tout va bien en apparence mais...  On est seul. Plus seul que jamais. Seul au point de s’être convaincu que personne ne le voit.

 

La solitude s’installe pour mille raisons et  parfois, après un simple  déménagement qui justement devait nous éloigner des tracas et peut-être nous rapprocher de… Mais c’est difficile de se faire de nouveaux amis, de  se noyer dans une nouvelle vie sociale, difficile. Il n’y a pas d’âge spécifique  pour aggraver les difficultés de communications. On le sait, on s’y croyait préparé… Alors on réagit avec convictions. On va vite, très vite s’en sortir ! Remonter la pente ! C’est ce que l’on pensait avant, avant que la vraie solitude ne s’installe. Je vous ai parlé à la première personne mais ce n’est pas obligatoirement de moi qu’il s’agit… mais peut-être de vous… d’un voisin… de cette inconnue qui s’attable seule face à son portable qui ne sonne jamais.  La vraie solitude n’est pas un cadeau. Mais faut-il l’avoir vécue pour le comprendre. Et puis, il y a ceux qui vous affirme que c'est un choix…

 

 image.jpgEtre seul et l’assumer… presque comme une chance. C’est ce que je lis parfois et plus encore  ces derniers temps dans quelques  posts d’amies. J’aimerais y croire. Oui j’aimerai mais… J’ai un énorme doute. Qu’on se sente bien dans une solitude momentanée après de lourdes turbulences dans sa vie affective…. Je peux le comprendre. Qu’un certain besoin de solitude s’immisce en soi au sortir de périodes où la présence pesante des autres, qu’en temps normal on sollicitait, parce que son parfum a viré vers  des odeurs irrespirables et des sensations de « Trop », je le comprends aussi. Que l’on ait besoin de calme pour travailler sur un projet ; ça m’arrive en permanence. Faute de quoi, même au milieu de ceux qu’on aime on circule comme un extraterrestre, agissant en parallèle et ne partageant rien, ou si peu. Même pas les bonnes réponses à des questions anodines tant l’esprit est ailleurs. De toute manière dans ce dernier cas on est  aux abonnés absents à longueur de journée même si physiquement notre fantôme circule, marche, sourit, répond, à côté de la plaque, mais répond pour la forme, par politesse ou convenances.

 

Comment-Lutter-Contre-La-Solitude-Amoureuse-720x540.jpgEtre seul et en avoir besoin c’est possible. S’y sentir bien à long terme dissimule un malaise ou des  problèmes parfois insurmontables. Insurmontable tout seul justement. Et qui s’aggravent dans la solitude. La solitude c’est très jolie dans les chansons et en particulier celle  de Moustaki mais ce n’est qu’une chanson. La solitude ce peut être un refuge à condition que ça ne devienne pas une prison.

 

Bien souvent, quand la solitude vous est tombée dessus, on s’invente des prétextes pour se faire croire que ce n’est pas un état de fait, mais un choix. C’est presque positif d’inverser les causes. Et ça soulage de se donner une douce raison pour éviter que la vérité de la situation ne devienne une plaie ouverte et douloureuse. On est tous passé par là.

 

J’entends aussi ; mieux vaut être seul que mal accompagné et toutes sortes de balivernes… à la con,  à mon avis. Si on ne veut pas être mal accompagné il suffit, j’ai bien écrit il suffit, parce c’est bien plus simple qu’il n’y parait, je vous le jure j’en ai fait l’expérience, il suffit de choisir en premier de poursuivre ou pas avec celui ou celle qui nous accompagne,  en second ; ceux qui nous entourent et qui se veulent proches, et de faire un tri parmi les malfaisants et les opportunistes qui polluent notre environnement. Et ne me dite pas que vous ne les avez pas repérés depuis des lustres ?! Bien sûr.

sunset-1342101_960_720.jpg
Je lis un sourire d'adhésion et compréhension sur votre visage. Ce sourire qui vous monte aux yeux, me conforte dans l’idée que vous savez parfaitement de quoi je parle. Vous pourriez même, maintenant que je vous en  ai soufflé quelques mots,  en établir la liste en quelques minutes, en hésitant un quart de seconde sur un tel ou un tel,  juste le temps de vous souvenirs de ses pirouettes  quand tout allait mal.  Mais par peur de les perdre vous leur pardonnez leurs écarts et leurs trahisons. Trahisons vous parait trop fort ? La gentillesse vous aveugle. Et ça aussi vous le savez.

 

Il ne faut pas leur ressembler il faut juste ouvrir les yeux. Etre trop gentil ce n’est pas un défaut bien au contraire. On n’est jamais trop gentil.  Il faut juste analyser avec qui. En amour comme en amitié il y a des pillards et  des pique-assiettes. On les repère aussi vite dans la vie que leurs homonymes autour d’un apéritif. Ils ne laissent rien sauf des miettes et encore. Il faut savoir qu’ils existent. Et ceux-là, inutile de chercher à les changer c’est viscéralement inscrit dans leurs gênes,  vous n’en tirerez que des déceptions. a moins que malin, vous inversiez les rôles afin de vous en servir. Mais ce n'est ni votre philosophie ni dans votre façon d'agir, dommage, tant pis ou tant mieux! 

 

93306669.jpgJ’aime les gentils et les bienveillants. Mon analyse n’est qu’une analyse personnelle et je ne me prends pas pour un psy à la petite semaine j’ai trop de respect pour mes amis qui pratiquent ce métier avec passion.  Non, la solitude ne doit être qu’une situation provisoire, nous ne sommes pas fait pour vivre seul.  Et je ne parle pas que de la vie sentimentale.

 

Le besoin de se retrouver seul sans trop savoir pourquoi et surtout d’avoir le sentiment de ne pouvoir se confier à personne vient souvent du fait que face à une situation difficile qui nous accable on confond amis et copains sans parler de la famille. On a besoin des deux mais ils sont tellement différents. Et parfois cette énorme différence nous échappe. En amour on confond rarement une aventure passagère et un grand Amour, même naissant qu’on sait déjà énorme à cause des vibrations qu’il insuffle dans nos veines. Dans la vie courante on se trompe souvent sur des sujets tellement simples de prime abord et ça fait tellement mal qu’on finit par vouloir faire le vide autour de soi sans vraiment différencier le bon grain de l'ivraie. Mais la solitude n’est pas une solution, juste un palliatif.

 

Quand ça va mal il faut s’ouvrir pas se fermer. Parler, même à un inconnu. Oser ! Se recroqueviller au bout d’un moment ça fait juste mal au dos et ça ne soigne rien… Pleurer ça soulage mais rire, sourire, ça ouvre le cœur et pas que le

210035342_5895035103869857_7925068710860957290_n.jpg

 nôtre.

 

Il y a toujours un après. Bien souvent on ne s’y attendait pas ou plus et le ciel redevient bleu, tellement plus bleu. Le soleil brille sans vous bruler la peau, les fleurs prennent des couleurs que nous ignorions. Les soucis d’argent… de parents… d’enfants… de boulots… disparaissent au point qu'après quelques années on ne se souvient même plus des dates avec précision. Ce qui vous minez à vous morfondre  n’est même pas devenu un mauvais souvenir. Et cet amour impossible ? qui noircissait vos nuits blanches… ben, il était tout simplement impossible ! Un point c’est tout.

Et celle ou celui qui ne vous regardait pas malgré vos appels… un jour comprend, et c’est lui ou elle, qui vous trouve un charme fou alors qu’il ou elle vous ignorait ou presque…

 

Rien n’est jamais statique et immuable, tout change, tout bouge et les larmes d’hier se noient un jour dans des sourires qui éclairent les visages d’une lumière inoubliable…  

Ainsi va la vie…

 

Williams Franceschi    

 

Pub.................................PUB....................................pub.................................................pub... pub...............................................PUB.............

 

 

hqdefault.jpg9782702180327-001-T.jpeg

 

 

 

artfichier_774087_9040479_202106252448147.jpg

41ah0jJ4ahL.jpg

 

artfichier_774087_9040477_202106250432428.jpg



30/07/2021
12 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 183 autres membres