Articles et chroniques

Articles et chroniques

Ainsi Va la Vie…épisode n°103 « TRAVAIL & PERSEVERANCE » (R1)

014 (2).jpg(r1) Stakhanoviste? C’est ainsi que me qualifiait Jeff un musicien avec qui j’ai longtemps bossé. Les autres le pensaient très fort mais n’osaient pas…

 

Paul Léautaud disait :

Non ! Non, ne partez pas…. Non là ce ne sont pas les mots de Léautaud c’est moi qui vous prévient. Non, ne partez pas je ne vais pas vous pomper l’air en vous citant une ribambelle d’auteurs plus ou moins oubliés pour justifier du choix de cette chronique. Non, c'est juste une citation. Bien que Léautaud soit un personnage hors normes amis des chats, au parcours atypique que m'a fait découvrir BRASSENS... Vous aimerez j'en suis sur ....  

 

Donc Paul Léautaud disait :    

« Je le répète à chaque instant, à qui veut l'entendre : Le vrai talent littéraire, c'est d'écrire des livres comme on écrit des lettres, absolument. Tout ce qui n'est pas cela n'est que pathos, pose, rhétorique, enflure. Se laisser aller, ne pas chercher ses phrases, se moquer des négligences de style même, le ton de sincérité et de naturel y gagnera ».

 

Ce que préconisait ce brave monsieur Paul en des temps reculés,  ses propos datent  de plus de 80ans, était très avant-gardiste  puisque c’est à peu près ce que j’essaie d'appliquer a mes textes  aujourd’hui.

 Néanmoins, une deuxième lecture de cette citation de l’homme de lettres connu et reconnu peut donner de faux espoirs en laissant à penser qu’il suffit d’écrire: "à la va comme j'te pousse" pour être écrivain, qu’il suffit de conduire pour être pilote, de chanter pour être chanteur,  de cuisiner pour être cuisinier, de danser pour être danseur  au font qu'il suffit... Mais peut-être n'a-t-il  pas tort après tout?  quand je vois ce que je vois et que j’entends ce que j’entends.

shutterstock_158977256 copier.jpg
Sauf que je m'inquiète pour toute une jeune génération
qui pense avoir la science infuse. A qui on laisse croire qu’ils sont des Victor Hugo en puissance, de nouveaux petits Mozart, des Baudelaire en herbe   et dont certains sont élus artificiellement  « Star » d’un soir, d’un mois ou d’une année  et meurent dans l’oubli et la déchéance l’année suivante. Mais bon je n'y changerai rien, mais ca m'inquiète quand même.

 

Franchement les jours où l’inspiration est là mais pas  la manière de la développer ; je me dis qu’il a raison le père Léautaud et que le mieux c’est d’écrire tout ça, comme ça vient. Jeter sur le papier tout ce qui nous  traverse l’esprit sans se casser la tête à tricoter, broder, harmoniser, équilibrer, enjoliver, améliorer les détails le rythme ou la vitesse… On oublie tout ça !  Et on envoie la sauce cash sans se retourner!

 

Mais purée ! Comme dirait un vieil ami qui a gardé l’accent de là-bas. J’ai beau me convaincre en m’appliquant  des méthodes qui ont fait leurs preuves, et sont censées booster mes motivations….  Avec moi ; ça ne marche pas.

Bien sûr, exceptionnellement,  une fois de temps en temps le premier jet est le bon. Ça tient du  coup de génie ou du  coup de bol. Je miserais plutôt  sur la seconde hypothèse. 

 

Donc, que ce soit pour un texte, un tableau, une prise de voix ou tout ce qui tient de la création; quand c’est bon... C’est bon. C’est même parfois excellent et on en est conscient. On l’a vu, on l’a  compris, on ne touche 3288862268_1_6_orbevmOi.jpgplus rien, on n’y revient pas.  D’ailleurs par expérience on sait que  plus on va chercher à l’améliorer, plus on va  l’abimer et que  très vite on reviendra à la construction initiale … Alors ; Stop ! Halte au feu ! Plus toucher !

 

Mais c’est tellement rare…

 

Alors contrairement à Paul Léautaud et tant pis pour la spontanéité ; comme beaucoup et depuis toujours je travaille un peu mes phrases. je monte, je démonte je m’applique ! Et même si je la joue relax max… ce n’est pas venu tout seul. Parce que je trouve que les jolies phrases, concises et percutantes, ou la recherche de l’émotion dans la sincérité jusqu’au bout du moindre mot  ont toute leur importance.

 

Imaginez que je dise :

Elle avait des taches de rousseur

Et je sentais dans son regard

Que l’enfant  qu'elle été encore

Avait beaucoup souffert

Ou

Et des taches de rouilles agrémentaient son corps

Comme si ses parents l’avaient laissée dehors

Trop longtemps sous la pluie…

le bonheur est fragile

 

Je vous laisse le choix…

 

Désolé, je fais partie de ces vieux cons qui ne croient qu’au travail et à la persévérance.

 

Je vous parlais il y a peu de Valérie Marie

Artiste de génie  jusqu’au bout des ongles…

 

28337440_2144145222482354_7292197753757701277_o.jpgExtrait d’un article :

 

Elle a des doigts de fée qui dansent sur les touches. Que ses mains frappent ou caressent l’ivoire de son clavier, l’âme de son instrument remonte en elle et lui renvoie tout ce qu’elle lui apporte… Elle vibre à chaque note et plus que me transporter à travers ses interprétations elle me fait frémir… Merci Valérie Marie !

 

Un matin, il devait être 11heures elle m’appelle. Nous avions une chanson sur le feu mais elle avait de son côté plusieurs compositions en cours. A sa voix, quoi que toujours passionnée, je sens une légère fatigue pour ne pas dire une certaine lassitude qui m’étonne. Et là elle m’avoue qu’elle avait enfin trouvé l’angle qu’elle cherchait et que son morceau commençait à prendre tournure… commençait ?... commençait…

 

 - Mais je m’y suis remise hier soir vers 9 heures et j’ai arrêté ce matin vers 8 heures pour m’occuper des enfants… Et là, en live, elle m’a fait écouter son travail comme si le jouer une fois de plus n’avait rien d’un effort !... Elle avait besoin de savoir ce que j’en pensais… le résultat était fantastique et pourtant elle laissait planer encore quelques doutes…

Valérie malgré son immense talent continue à croire qu’on peut s’approcher de la perfection grâce au travail. Et elle le prouve ! C’est ça le talent ! Ce qu’il manque à 80% de travail et 10 % de chance. Alors si aujourd'hui une fée s'est penchée sur son destin... et lui ouvre des perspectives inespérées ce n'est que justice la chance est au rendez-vous d'un travail acharné...Ouf! quel bonheur! Le travail ca paye un jour... Ca paye toujours même si l'attente fut plus longue que prévue. Bravo l'artiste !

 18221649_10213035866791759_507345346078494223_n.jpg

Dans un commentaire Joëlle Vincent, amicale connaissance, Amis nous le deviendrons j’en suis certain, et surtout écrivain, avait posé ces mots :

« C'est étrange ce regard à la fois pétillant de joie et profondément triste».

Extraordinaire ! Juste une ligne, 13 mots et tout est dit. Tout est traduit. Elle a tout compris, tout capté, tout révélé. C’est ça aussi le talent !

 J’avais répondu, mais ça n’avait  pas la même force:

« Quelle finesse dans l'observation... et dans la manière délicate de la transcrire ».

 

Tout ça pour vous dire, qu’à quelques très rares exceptions près je ne crois qu’au travail, à l’apprentissage et aux longues années où l’on engrange encore et encore jusqu’au jour  et  où l’on oublie le futile pour s’attarder sur l’essentiel… jusqu’au jour où l’on maitrise assez pour se permettre de jouer de son art ! Ou miwilliams dans les nuages - Copie.JPGeux de s’en amuser ! Ou mieux encore ; de le laisser croire.

 

Je pourrais m’arrêter là. Je trouve que ma chute finale sans lever le poing sur le point  tient la route. Mais j’ai encore une bricole à vous raconter comme un post-scriptum pour terminer ma bafouille hebdomadaire.

 

En ce moment je prépare des : Nouvelles… je n’ai pas beaucoup de temps pour écrire notre  chronique ni même des chansons pourtant en commandes; mais je me débrouille.  Et oui des Nouvelles. De petites histoires courtes. Enfin plus ou moins mais plutôt moins. Et plutôt  des histoires d’Amour…

 

Ha c’est marrant sur ce mot magique vous avez ouvert les yeux tout grands. Je vous sens curieux, intrigués. En plus c’est du pur naturel élevé au grand air de la vie sans additifs ni colorants. Des récits inspirés d’histoires vraies et quelque fois pas simplement inspirées… Vous en voulez un petit bout ?… juste pour gouter ?

La prochaine fois promis…

Ainsi Va la Vie…

 

(A suivre…)

 

Williams Franceschi

 

 

Conseils de la semaines...

 

1) Exposition-rencontres si vous êtes du coté d'ALBERT (80)  avec deux écrivains: Maryline Martin & Angélique Villeneuve

2) Un film:  La forme de l'eau..

3) Salon: Les Pieux en Normandie.  17eme salon du livre où vous pourrez rencontrer Evelyne Dress en dédicace.. une chance !  

4) Une pièce: Les inséparables ... fortement recommandée par Sophie Gourdin 

 

28279418_2036079799751750_1732032818814399464_n.jpg28276721_10155564053356795_6839890590921553669_n.jpgimages 2.jpg

28577878_10156084682899593_1677051300408062546_n.jpg



08/03/2018
9 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 134 autres membres