Articles et chroniques

Articles et chroniques

Ainsi Va la Vie… épisode n° 263... La vie de tous les jours et les coïncidences

IMG_20210918_111227.jpg

 

Cette semaine je voulais reprendre une chronique sur les "coïncidences" et puis ma semaine a été un rien compliquée... d'abord parce que je me suis fait piraté mon adresse mail.. Ca, la majorité d'entre vous est  au courant, et bon, y'a pas mort d'homme, ca arrive à tout le monde d'après vos réactions.

 

 

IMG_20210918_110832.jpg

Sauf que moi... c'était la première fois!  je sais, je ne pourrais plus le dire. Sauf que moi qui ne demande jamais rien a personne même les jours les plus noirs et les plus difficiles, et oui on donne l'illusion que tout roule mais ce n'est parfois qu'une illusion, je me suis senti bien mal a l'aise aux yeux de ceux qui ont prit les propos de mon pirate pour les miens et m'ont cru dans une grande détresse... En détresse au point de leur sollicité de l'argent!... là, ca aurait été bien mal me connaitre. Bref en principe cette affaire semble réglée. 

 

Alors, pour continuer à vous parler un peu de ma petite vie en dehors de l'écriture,  puisqu'il semblerait que ça vous amuse;  hier j'ai acheté des poules... j'ai toujours eu  des poules, des chiens, des tourterelles, des pigeons, des écureuils, des hérissons  mais la majorité des animaux qui vivent chez moi ne sont pas clandestins; ils se sont invités tout seul et ne partent plus! . Je vous ai mis aussi quelques grappes de raisin de la treille. C'est la fin. Il est super bon. J'en ai partagé la moitié avec les habitants à plumes de passage mais c'est tellement beau la vrai vie. 

 

Alors pour reprendre cette chronique que vous avez peut-être oubliée et à laquelle j'ai donné un tout petit coup de fraicheur. Vous me direz!?

 

IMG_20210918_111158.jpg

Croyez-vous aux coïncidences?  Oui ? Non ? Un numéro que vous alliez composer et c’est justement lui qui vous appelle ?  Un ami que vous aimeriez revoir et que vous croisez dans la rue. Etre en manque d’un être cher et apprendre qu’il vit le même vide… Une personne à qui vous pensez et sa photo vous apparait ...je pourrais vous en citer une ribambelle dans lesquels vous vous reconnaitriez.

 

Je me souviens d’une chanteuse pour qui j’avais écrit une chanson que j’hésitais à lui présenter et qui me téléphone pour savoir si je n’aurais pas quelque chose pour elle. Je me souviens d’un texte que j’avais du mal à terminer parce que je ne visualisais pas un personnage, et sur mon écran, par le biais de Facebook, un visage m’apparait et c’était elle… Juste elle. La première fois ce fut une comédienne bien connue. D’ailleurs elle s’en souvient très bien puisque depuis nous sommes devenus de vrais amis. La dernière fois juste un mannequin. Une femme que je n'aurais jamais du croiser même en photo et pourtant il s’est passé quelque chose de magique qui dure encore.

Un visage qui comme un flash vous atteint, vous fait rêver et vous apprenez que la réciproque  était au rendez-vous, même si; ni l’un ni l’autre n’osiez-vous l’avouer et même si; vous avez joué l’indifférence.

 

36673f85aa04e0138ed13f6fc6910736.jpg

 

 

 

Etrange ces coïncidences. Alors peut-être s’expliquent-t-elles sans rentrer dans des théories complexes de probabilité et autres, par le simple fait que nos cerveaux jouent au même instant sur la même fréquence. D’où peut-être l’expression être branché sur la même longueur d’onde.

 

Mais là, j’improvise. Je ne suis pas un expert en hasard sauf que je crois, comme me l’avait suggéré mon amie Sophie Turco, que les rencontres aussi hasardeuses fussent-elles  sont toujours des rendez-vous inscrits malgré nous au pages du  Quo Vadis de notre existence.

 

Et la dernière. Je m’appliquais à écrire l'avant dernier chapitre d'un roman et mon héroïne pensive se trouvait dans un halo de lumière… Je cherche mes mots, j’hésite… et puis ma page Facebook étant ouverte je vois dans le petit carré en bas de l’écran que j’ai des notifications… en principe quand je travaille je ne me laisse pas distraire; mais là je ne travaille pas je patauge. Alors je clique et je reclique sur la première notification qui émane de mon écran. Etrange l'image colle parfaitement. Surtout au début, après les plans diffèrent. d'ailleurs après ces les vrais images, d'un vrai souvenir, qui s'immisçeront.  

 

Sans titre (2).png

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ses yeux se remplirent d’abord du paysage, puis son regard se flouta dans la fixation vidant son esprit de tout ce qui l’entourait pour ne penser qu’a lui. A lui et à rien de précis sinon le plaisir d’être simplement  à ses côtés alors qu'il était physiquement loin seulement physiquement. Allait-il venir, s'approcher?

 

Le soleil, à travers la vitre de la fenêtre,  auréola la silhouette de son visage d’un halo de lumière ocre et lui chauffa la peau d’une douce chaleur. Peu à peu cette chaleur s’intensifiât jusqu’à d’infimes, puis plus intenses picotements qui ne la brulaient pas, ou pas encore,  mais la pénétraient en profondeur jusqu’à ce que la douceur  de ce feu sans flammes ne s’irradie sur l’ensemble de son corps diluant sa soyeuse douleur en plaisir. 
 

Sur l’écran de ses paupières diaphanes, rougies par la lumière, quelques images fugaces  apparurent comme extraites  d’un envoutant rêve obsessionnel et magique. Elle ouvrit les yeux  à regret juste pour le regarder presque le découvrir ou le redécouvrir puis les referma. Il était bien là juste à côté d’elle. Elle en sourit du bout des lèvres,  discrètement presque en secret, comme si elle craignait que la moindre confidence perceptible sur ce bonheur ne le condamne à disparaitre.

210035342_5895035103869857_7925068710860957290_n - Copie.jpg

 

 

 

 

 

 

 

La chaleur s’était maintenant immiscée dans les parties les plus intimes de son être. Non elle n’ouvrirait pas les yeux une nouvelle fois. Elle se laisserait bercer, enrober, caresser par l’instant magique qu’elle vivait intensément immobile et silencieuse. Charnel, sensuel, teinté d'érotisme, cette érotisme qu'elle s'était si longtemps interdit. Mais avec lui elle pouvait tout vivre, tout partager, tout découvrir. Il n'était pas exceptionnel justement, il était juste normal. Mais cette normalité là, elle ne l'avait encore jamais rencontrée, jamais croisée, jamais embrassée.  

 

Elle venait de prendre conscience d’une chose qu’elle savait déjà, mais se refusait à croire ; elle l’aimait. Elle l’aimait encore et toujours et certainement plus que jamais. Elle l’aimait.

 

Ainsi Va la Vie....

Williams Franceschi 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

PUB.......................PUB............pub...................PUb............................puB........................

 

 

Capture.JPG

artfichier_774087_9105783_202109103152671.jpg

41ah0jJ4ahL.jpg9782358151870-325x479.jpg

 

 



19/09/2021
10 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 184 autres membres