Articles et chroniques

Articles et chroniques

Ainsi Va la vie épisode n°163… Une fée... Des bouts de vie… Le festival d’Avignon… Des morceaux d’un roman… et un parfum d’Amour.

 DSC_5693 copie copier.jpg
– Fait moins chaud ! Parce que même pour une fée la canicule…. C’est  dur ! Meuh que c’est dur. J’avais les ailes cramoisies. L’enfer !  Quoi qu’en enfer parait qu’il fait encore plus chaud ! Je dis ça j’ai jamais visité. Parce que Nous les fées, on n’est pas les bienvenues chez les diablotins, «Persona non grata»… qui dit l’aut’ tout rouge avec ses p’tit cornes ridicules et sa queue bizarre. « Persona non grata »  Meuh !  J’t’en foutrais moi.  

 

Traduction ? Mais t’as pas fait latin en 6ieme ?... Alors on dit aussi  PNG dans les ministères ou y zont pas fait latin non plus... Mais eux zont pas fait grand-chose. Sauf l’école des promesses. Non je fais pas de politique c’est pas le rôle des fées.

 

En enfer, parait d’après leur chef, qu’on pourrait avoir  une mauvaise influence. On pourrait les  rendre gentils et leur donner envie de connaitre le paradis… La prochaine fois que j’en croise un de diablotin, oui j’en croise dans « des conflits de conscience » je lui refile une pub pour l’isolation à  un euro et les clim « chez super machin ». Waouh ! La clim au troisième sous-sol, la révolution en enfer. T’imagine le bordel chez Lucifer à cause d’une fée. Je jubile !

  

Au fait j’oubliais, vous allez bien ?...Hein ? Pas entendu la réponse. Non mais prenez vot’ temps… suis pas pressée en plus c’est les vacances.

 

 Vous voulez savoir si c’est ; encore moi, qui m’occupe de la Chronique cette semaine ? Je vous remercie pour le « encore ». C’est agréable ! Toute façon il est parti acheter  un truc pour son imprimante.  Elle a pas aimé la canicule non plus son imprimante, elle boude !

 

tinker-bell-png-10 (3).pngHier soir il est allé chercher un artiste à la gare TGV des Milles à Aix … et pas de bol alerte à la bombe ! Non mais sérieux alerte à la bombe ! Car de police, ambulance au cas où, trois flics et une fliquette. Ho ! La pauv’ fliquette même le gilet pare-balle la boudinait. On sent le manque de moyens. Les fringues pour les filles s’arrêtent au 40 et malheureusement les tailles de nos policières commencent au 44. Petit détail !       

 Du coup il devait le récupérer à 20h30 le train est arrivé à 22h30… Retour à la maison 23h30 couché 1h30 et hier il s’était levé à 4h30 longue journée. Il était pas content le Williams.

 

 En ce moment il a la tête en partie au festival d’Avignon. Il adore les artistes. Mais ça c'est pas nouveau. Il dit ; qu’ils soient petits ou grands ce sont des êtres à part souvent incompris de gens normaux parce qu’ils ne parlent pas la même langue.

 

 Il dit qu’une pièce ça doit se voir plusieurs fois pour tout assumer. Et chaque fois la voir sous un angle diffèrent qu’on ne peut pas avoir capté en une seule fois ou rarement. La première fois il faut recevoir la pièce comme elle vient profiter simplement de l’histoire, de l’instant du bonheur qu’elle suscite par le rire, l’émotion et que sais-je.  Et puis la voir comme si l’on était sur scène et puis la ressentir à travers le ou les comédiens percevoir pour  comprendre la performance de l’acteur qui ne s’habille plus d’un rôle mais l’habite …  Au point que le texte ne soit plus un dialogue mais le vrai langage du personnage dans lequel l’acteur s’est fondu. Tout ça parait si normal … et pourtant.

 

Tiens en fouillant dans ses classeurs marqués SACEM J’ai retrouvé une chanson qu'il avait écrite pouf! y'a un bail,  qui parle de : La scène.

 

Je suis venu bien avant l’heure

Pour m’imprégner de cette odeur

Me rassurer prendre le temps

M’assoir dans les premiers fauteuils

Et je l’avoue avec orgueil

Avoir pensé à mes parents

La scène…..

C’est quatre planches et un rideau

Sous le soleil des projecteurs

Et moi derrière mon micro

Entre l’émotion et la peur

J’ai le sentiment d’être un autre

Où bien d’y devenir moi-même

Ici la vérité l’emporte

On ne peut pas mentir sur scène

La scène….

Et si ce soir à fleur de peau

Si vous ressentez des frissons

C’est qu’ma voix transporte des mots

Bien au-delà de ma chanson

Les vibrations qui me traversent

C’est à vous que je les renvoie

Et l’émotion qui me boul’verse

C’est bien à vous que je la dois

 

Il a terminé son dernier roman. Il en est à la relecture pour les fautes d’orthographe…  et là  il en écrit un autre ou la suite, sait pas. Ne dites pas que je vous en ai parlé… il aime pas. C’est une belle histoire d’amour… pas que mais surtout d’Amour.  Et puis la fin Waouh ! La fin ! Vous voulez que je vous raconte ? On s’y attend pas c’est ça qu’y est chouette. Donc une voiture se gare devant le portail et Sam s’approche pour savoir qui attend devant chez lui sans sonner et … Et vous y avez Cru ? Vous pensiez vraiment que j’allais vous raconter la fin ? Et Ben ! Non !

 

 Par contre j’ai relevé quelques  phrases qui me plaisent dans sa suite ou son nouveau roman qu’il a commencé y’a plus d’un an …qui me plaisent bien même sorties de leur contexte.

 

 Quand je lis sur son épaule je rêve que l’héroïne ; c’est moa… Je sais pas si en vrai elle existe celle-là ?... Meuh !  Le temps de la lecture volée ; c’est moa. Tant pis pour elle. En tout cas si elle existe…mais non je suis pas jalouse.

 

 Elle n’était convaincue que d’une seule chose ; ce soir-là, oui ce soir-là, il s’était passé quelque chose justement. Quelque chose qu’elle n’avait jamais ressentie avant ou elle ne s’en souvenait plus. Elle était presque certaine, mais c’est évidemment le presque qui la gênait, que  Sam avait ressenti le même frisson lui traverser le corps. Le même besoin de ne plus se quitter. La même enivrante envie de l’embrasser, de sentir  ses bras la serrer, de garder comme elle l’avait fait en le frôlant l’odeur de sa peau comme un parfum unique. Elle qui était convaincue que son cœur était pris, qu’aucun autre homme ne pourrait la séduire, flottait tout à coup sur un nuage. Pourquoi cette attirance qui contrariait toutes ses convictions?   

******************************************

L’impardonnable serait de ne jamais pardonner.

******************************************

Il ferma les  yeux mais le film de son souvenir ne se projeta pas sur ses paupières. Il n’y discerna que des images aux contours aléatoires blanchis, presque surexposées et floues. Sa petite voix, son rire, sa moue surprise, timide et gênée et son regard qui semblait suivre chaque syllabes de chacun de  ses mots au fur et à mesure qu’ils s’effilochaient au sortir de sa bouche en glissant  sur l’ourlé de ses lèvres.

Des mots qui jouaient une partition musicale en plus du récit comme pour mieux  la bercer.

 

Elle ne l’écoutait pas ; elle vivait, marchait, flottait au milieu des vapeurs orientales aux senteurs d’épices et de jasmin,  parée de longs foulards de soies et cerclée de bijoux précieux sertis de pierres rares. Dans le cliquetis d’un long filet de thé elle était entrée dans le rêve en entrant dans l’histoire ou plus qu’une auditrice elle était devenue toute entière un personnage flamboyant et discret  d’un conte proche des mille et une nuits.

 

 

Il se souvint de ses yeux qui roulaient des siens à sa bouche et avoir pensé comme une révélation, qu’elle définissait  en l’exprimant par ses mouvements oculaires l’expression : Boire ses paroles.

 

Bon vous ne pourrez pas dire que je vous raconte pas des secrets hein ! Quand même ? Ça c’est dans les 70 pages déjà écrites et depuis quelques jours il pose la suite.

 

 Vous croyez qu’il est amoureux ? Non ! Dites-moi non ! Que c’est juste les mots d’un roman sans lien avec la réalité. Parce que lui il dit : On peut tout inventer mais  ne peut bien retranscrire que ce qu’on a vécu…. Et y’a quelques jours il m’a dit:  C’est marrant comme parfois un texte peut être prémonitoire jusqu’à l’infime détail.

 

Bon je vous laisse découvrir quelques affiches du Festival. Et s’il vous les conseille c’est que ça le mérite. Et Moa je vous fais une grosse bise !

 

Ainsi Va la Vie….

 

La Fée Line et Williams Franceschi

 

66260995_2326054364179719_6705655026754256896_n.jpg

 

 

 

big_artfichier_774087_8260667_201906212237434.jpg

 

Capture la goulue.JPG65849389_10158638575548327_4685970840771100672_n.jpg

 

ILLUSIONS NOCTURNES 2019 (1).jpg

 

 

 

65755612_1292512700904593_5592128306511085568_n.jpgmartine fontaine.jpg
65549867_1131735947035041_5717396263264059392_n.jpg

 

affichelettreduneinconnue.jpg

 

66127699_634914320323047_1505498539621351424_n.jpg

 

64995937_434550207382651_8154486820139171840_n.jpg

 

65655719_470616727063548_5402109813645639680_n.jpg

 

AFFICHE PAULINA AVIGNON.png

 

vz-3c885311-8e3f-40a9-9c51-9ffae02b95c5.jpeg

 

66277403_2844714722236897_1666339932370632704_n.jpg
66309830_344875719516241_4769230882043068416_n.jpg

 

 

 

 

 



12/07/2019
15 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 149 autres membres