Articles et chroniques

Articles et chroniques

Ainsi va la vie… épisode n°102…« Le TEMPS PASSE-IL de PLUS EN PLUS VITE ?… » (R1)

( R1) Le temps est élastique il s’allonge ou se rétrécit selon les circonstances et quand on tire trop dessus il lui arrive de nous claquer dans les doigts. Il y a des jours où je me dis : Il faut que je prenne le temps de… et puis très vite je m’aperçois qu’une tonne d’obligations s’accumule et  qu’au bout du compte je n’aurais certainement pas le temps.

 

Mais en réalité ce n’est pas que je n’ai pas le temps ! C’est simplement que je n’ai pas pris le temps d’avoir le temps.

 

En plus, et ça justifie mes précédents propos cette semaine je n’ai pas vu passer la semaine. Et pourtant je n'ai pas chômé..

Y’a un truc qui ne  va pas. J’ai la sensation que les  heures passent plus vite, les jours, les semaines,les mois… n'en parlons pas!

 

On est déjà... Alors que j’ai l’impression qu’on vient juste de fêter…. 

Pourquoi je ne précise pas le mois dans la phrase et que je laisse des pointillés ? Juste parce que si j’écris qu’on est en février et que vous lisez ces lignes en Aout elles ne seront plus crédibles. Alors je prends des précautions pour qu’elles restent intemporelles... Parce que le temps file si vite, que le temps de terminer ces quelques lignes nous seront quand ?... j’exagère un poil mais pas tant que ça !

 

Y'a des jours, pas toujours Où on ne voit pas le temps passer: Les heures mangent les minutes comme de vulgaires secondes et pourtant une heure c’est une heure ; 60 minutes 3600 secondes non ?

Et non, vous avez raison. Le temps c’est comme le froid il  y a la température réelle du thermomètre et le froid ressenti à cause du vent,  de l’humidité dans l’air, de la force de lumière solaire. Pour le temps c’est exactement la même chose.

 

Evidement une heure d’attente aux urgences quand on souffre parait une éternité alors qu’une heure à rêver en regardant la mer ou la nature  ou autour d’une table  tout en refaisant le monde entre copains nous semble avoir  filée en moins de 45 minutes.

 

Souvenez-vous de l’attente des résultats d’un examen. La longueur interminable de cette nuit qui précédait ce matin fatidique où nous découvrions le tableau d’affichage. Nous avions dormi d’un œil. Nous nous  étions levé  Poufff…de  fois et après le petit-déjeuner quelle course. On s’était déplacé comme des « Flash Gordon » en herbe à des vitesses supersoniques et pourtant  tout paraissait  se dérouler au ralenti …

 

 Et ce premier rendez-vous ?  Nous y étions arrivés avec un bon quart d’heure d’avance. Après avoir tiré sur le moindre faux-pli imaginaire, rangé cent fois notre col et remis d’une main agile mais fébrile dix fois de l’ordre à nos cheveux qui n’en avaient pas besoin,  nous avions failli user le cadran de notre montre à force d’en épier  les aiguilles qui n’avançaient pas. Ce jour-là nous n’avions pas la sensation de ralenti mais d’arrêt sur image.

 

Par contre ce week-end de rêve, et qui en plus s’était déroulé encore mieux que prévu, en d’autres temps j’aurais écrit : sous les meilleurs auspices, semblait s’être terminé à peine avait-il commencé. Ces deux jours n’auraient-ils durés que 24heures.

Quand c’est bon c’est toujours trop court ! Quand c’est douloureux, ou angoissant  c’est toujours trop long. Mais ce ne sont que des sensations, des ressentis. A la montre ; une heure reste une heure…

 

Sans entrer dans l’aspect scientifique du temps, c’est juste anecdotique, des chercheurs, grâce à des horloges atomiques ont prouvé que le temps passe plus vite en altitude… Bêtement je n’y crois pas. Mais c’est bêtement moi qui pense qu’ils n’ont pas pensé que c’est peut-être leurs horloges qui tournent plus vite en altitude… non mais je ne suis bêtement pas un scientifique convaincu par certains scientifiques et encore moins par leurs découvertes. 

Plus on avance vite plus le temps ralentit  A condition de frôler la vitesse de la lumière mon p’tit gars et c’est pas demain la veille ! Quand tu vois dans quel état de déconfiture les astronautes reviennent sur terre après d’un simple voyage en orbite ?!  Mais bon, j’ai toujours aimé la science-fiction.   

 

R18.jpgMon père m’a expliqué la relativité du grand Albert je devais tout juste avoir dix ans. Il m’en a parlé avec des mots simples, des images simples, grâce à  cette vulgarisation j’ai tout compris de cette  théorie qui se résume à ce : E=mc2.  Au fond la relativité c’est vachement fastoche  si on te l’explique simplement… sinon c’est l’usine à gaz !

 

Le temps. Tous les grands philosophes de Sénèque à Pascal ont noirci des milliers de pages sur le sujet. Le temps, la vie, la mort c’est un thème banal, bateau, ressassé et usé … Je ne me retrouve pas toujours dans leurs pensées. Faut dire que pour m’y retrouver il faudrait déjà que je m’y cherche.

 

 Non je vous parle bêtement de la vie de tous les jours sans me poser de questions métaphysiques qui risqueraient de mettre ma boite à neurones en surchauffe. Parce que ce n’est pas que le temps passe qui me gêne, j’ai compris depuis belles lurettes que je n’étais pas immortel,  en tout cas ce n’est pas la question que je me pose aujourd’hui. Ce qui me gêne un peu, je n’en fais pas non plus une obsession, c’est ce sentiment qu’il s’écoule plus vite qu’avant.

 

Vous aussi ? J’en étais sûr. Vous voyez comme on commence à bien se connaître on se pose les mêmes questions. Déjà je me sens moins seul. Merci ! C’est vrai quelque fois tu te poses des questions toutes bêtes et tu te dis est-ce que je suis le seul à me poser cette question ? Non y’a bien quelqu’un d’autre sur cette planète qui… et c’était vous ! Coup de chance !

 

Un grand-père, ce n’était pas le mien mais c’était tout comme, on s’était réciproquement adoptés ; un homme du nord un vrai Ch’ti, souvent il me manque comme tous les gens qui ont compté dans une vie,  il s’appelait Edmond  et dans  son infinie sagesse il m’avait averti, je devais avoir 20 ans : Plus on vieillit plus le temps passe vite tu verras. A 20 ans on écoute on acquiesce et on passe à autre chose.  Mais aujourd’hui je me remémore sa phrase  et j’ai l’impression de vivre son affirmation. Edmond avait raison.

 

Je connais toutes les théories qui expliquent ce sentiment qu’elles soient mathématiques, psychologiques, algorithmiques, biologiques et toutiquantiques. On peut les survoler si ça vous chante… Mais bon! vaut mieux que je saupoudre sinon vous allez déserter mes lignes vite fait bien fait avant la conclusion.

 

C’est vrai qu’a cinq ans l’attente des vacances de Noel depuis septembre date de la rentrée des classes paraissait une éternité et ne parlons pas du rendez-vous donné aux copains de plage ou du camping pour l’été prochain. Un an d’attente d’un anniversaire à l’autre quand on a 2 ans c’est la moitié de sa vie, quand on a 5 ans c’est 25%  de sa vie quand on a 10 ans c’est 10% et à 20 ans c’est juste 5%....

 

Dans les causes présumées  de ce  sentiment de vitesse excessive  du temps qui passe ;  Il y a aussi la routine… Pourtant, je l’avoue ; j’aime bien certaines habitudes. Je suis le mauvais exemple. Peut-être parce que j’en ai connues de  délicieuses que je regrette encore. Et d’autres, moins exquises mais très agréables et qui, malgré ce que je vais écrire  me conviennent parfaitement. Et vous pourrez me prouvez tout ce que vous voudrez je les garde… Tant pis pour le temps. Je trouverai une autre combine pour le ralentir.

 

En quoi la routine joue-telle sur ce sentiment de temps qui passe de plus en plus vite ? De récentes études montrent que passé  vingt ans, notre corps produit de moins en moins de Dopamine. Ce neurotransmetteur qui s’active à chaque nouvelle expérience.

Ah la Dopamine ! Donc si on ne se renouvelle pas dans nos activités ou nos actions l’effet de la Dopamine s’amenuise en plus qu’on en produit moins…Double punition.

 

...et je vous le dis doucement au creux de l’oreille la Dopamine c’est l’hormone du plaisir… mais pas que. Du bonheur aussi  bref du bien-être. Un moyen simple de provoquer une montée de Dopamine c’est d’écouter de la musique. Oui mais pas n’importe laquelle plutôt la musique que vous aimez beaucoup. Celle qui vous provoque des émotions fortes, des frissons … ces frissons-là, c’est la Dopamine comme un effet de boule de neige, qui en épaissit les effets.

 

Vivre des passions ou entrer dans des univers où l'on se libère de tout comme; la plongée sous marine, le maquettisme, certains jeux, la couture, la lecture, la peinture ou l'écriture... étrangement diminue le temps parce que qu'on est tellement ailleurs qu'on ne voit pas le temps passer... Mais là par contre c'est un tel bonheur que cette sensation de temps qui passe trop vite se transforme en plaisir... pas de regrets tant pis pour le temps il n'est pas perdu mais savamment consommé  ! 

 

Ne pas ou ne pas assez vivre le  présent est  une des raisons de ce sentiment de temps qui passe de plus en plus vite.

12562534_461880820681983_537049674_o (2).jpgPlus nous avons engrangé de souvenirs plus nous comparons le passé et le futur en relativisant sur la durée restante et plus nous oublions de vivre simplement l’instant présent. Et pour que le temps s’arrête de filer: il faut vivre le présent. Ni le passé ni le futur. Ne pas regarder, même si c’est souvent utiles, ses racines ou le chemin parcouru, ni songer en permanence à des projets futurs. Juste vivre le présent. Comment? un exemple:

 

Lorsque vous croquez dans une pomme vous sentez son jus et sa chair glisser et fondre dans votre bouche. Son gout, sa fraicheur, son sucre vous traverser les papilles… vous ne pensez pas au pommier où  elle a poussé, ni à sa sœur bien rouge, encore dans la corbeille de fruits que vous croquerez peut-être tout à l’heure ? Vous savourez votre pomme… vous vivez l’instant présent ! 

 

Vivre le présent, uniquement le présent ralentit cette sensation de fuite en avant. Marcher seul en silence… rire ! Profiter du moindre rien peut aussi y contribuer. Parfois les moindres rien, les tout petits bonheurs, donnent à la vie de si jolies couleurs qu’on peut s’étonner de ne pas les avoirs observés plus tôt avec plus d’attention. Et durant cette période ; le temps calme sa fuite en avant.

 

En amour ; ne dit-on pas que le plus beau reste la découverte, les premiers instants, les premiers jours, les palpitations qu’ils produisent. A moins que ce soit l’effet de nouveauté qui crée ce nuage porteur. D’ailleurs, souvenez-vous ; en prenant sa main, en cherchant, ses lèvres le temps ne s’était-il pas arrêté ? Plus rien ne compté que le présent, ce merveilleux présent ou le temps avait suspendu son vol... 

 

Alors aimez ! Aimez avec passion. De près, de loin, en vrai ou par procuration mais aimez !  Il n’y a que devant l’Amour que le temps s’immobilise.

Ainsi va la vie…

 

(A suivre…)

 

Williams Franceschi

 

 

 

 

Conseils de la semaines...

 

1) Exposition-rencontres si vous êtes du coté d'ALBERT (80)  avec deux écrivains: Maryline Martin & Angélique Villeneuve

2) Un film:  Belle et Sébastien 3 le dernier Chapitre

3) Une pièce: Les inséparables 

4) Un livre:  NAPOLEON Jour après jour  La chute de l'empire  de Roger Iappini

 

28279418_2036079799751750_1732032818814399464_n.jpgimages.jpg

 

28276721_10155564053356795_6839890590921553669_n.jpgbig_artfichier_774087_7598677_201802243957345.jpg



03/03/2018
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 131 autres membres