Articles et chroniques

Articles et chroniques

Ainsi Va la Vie... épisode n° 201... Vacances obligatoires… 24ieme jour

Ah !... Vous êtes trop ! Non ça ne veut pas dire trop nombreux, ça je ne m’en plaindrais pas, c’est juste l’expression que j’entends souvent et… que je n’emploie jamais, mais l’occasion était trop belle.

 

Vous êtes trop. Trop gentils, trop bienveillants, trop quoi… Avant, mais c’était avant, comme le dit si bien Alain Delon, avant et je continue ;  je vous écrivais une chronique « Ainsi Va la Vie » par semaine. Et ces derniers temps je vous poste régulièrement, mais un peu au hasard, de petits articles dans lesquels je vous expose, avec humour, du moins je l’espère, mon quotidien qui ressemble, j’en suis convaincu, au votre sur bien des points et que j’ai intitulés : « Vacances Obligatoires ». 

DSC04536.JPG

Parce que ce serait peut-être lassant et que je ne crois pas en avoir la capacité, je ne publie pas tous les jours. Juste de temps en temps. Mais, comme beaucoup d’entre nous, vous avez un peu perdu la notion du temps ; vous m’écrivez. Vous m’écrivez beaucoup  et gentiment je l’avoue, dès que je ne poste pas ma petite bafouille comme si je vous avais oubliés.

Mais pas d’inquiétudes je ne vous oublie pas.

 


Tiens,  je voulais vous parler de ce que j’ai mangé… Un Cassoulet.
Un vrai bon cassoulet. Parce qu’il y a Cassoulet et cassoulet. Le vrai cassoulet  c’est une recette chargée de secrets qui se transmet de génération en génération… Il faut des heures et beaucoup d’Amour. Enormément d’amour et de savoir-faire.

 

Il y a deux écoles. Et oui deux écoles. Vous choisirez la vôtre si je vous dis tout… Mais c’est pas sûr ! Je réfléchis…on verra.

Au fait Savez-vous d’où vient le mot cassoulet ? Non ? C’est simple comme un coup de fil. Ça vient du nom du plat en terre cuite dans lequel on le prépare : La cassole.

 

 

img_7818b.jpg

 

Donc, je ne vais pas vous faire saliver plus longtemps, parce qu’en plus je me suis régalé. Je vous disais qu’il y a deux écoles. Oui deux. J’invente rien j’explique.  Celle de la main et du torchon et celle dites du métal ! Ah !.. Ça vous en bouche un coin !

 

 

Donc, dans le premier cas vous serrez bien fort le bocal et avec l’aide d’un torchon vous dévissez le couvercle. Dans le deuxième cas vous maintenez la boite et vous l’ouvrez à l’aide d’un ouvre-boite. Dans les deux cas vous versez le contenu dans une cassole, si vous en avez une, ça fait plus terroir, sinon un plat quelconque qui va au four  ou au micro-onde fera l’affaire. Y’a plus qu’à faire chauffer… et le tour est joué.

Parce que Pascaline, qui est un cordon bleu, a essayé de tout faire elle-même de A à Z et, Un : Ça prend un temps fou et de Deux : franchement ça ne valait pas plus que ça celui que j’achète dans le commerce. Restons modeste. C’est des pros ! Ils font ça tellement bien et c’est tellement bon… A Quoi bon vouloir imiter l’inimitable.

profilcrop.jpg

Bon je vous entends de là. Bien sûr qu’il ne faut pas acheter n’importe quoi juste parce qu’il y a écrit : « Cassoulet » sur la boite ou le bocal. Regardez l’étiquette et surtout lisez-la…. Mais avais-je besoin de vous le préciser ?

 

 


Ces derniers temps, comme toujours, mais peut-être un peu plus, j’observe les oiseaux
et comme je suis d’un naturel curieux j’essaie de les étudier sur le vif avant d’aller me plonger dans mes livres, et j’en ai à revendre, et plus facile sur internet.

 

En ce moment, parmi les dizaines d’oiseaux qui viennent de plus en plus près de la maison il y a des chardonnerets, des rouges-gorges, des moineaux des champs, des tourterelles et  des mésanges…

Ho ! Quel joli nom « Mésange » le nom déjà est envoutant. Mes Anges pourrait-on entendre. Et puis, elles sont tellement belles ….  Un vrai rêve. On les imagine entrain de confectionner la robe de Cendrillon…

 

Et pourtant, il ne faut pas toujours se fier aux apparences.  La mésange, et en particulier la mésange à tête noire, est en fait une tueuse en série, the bird-killer, qui a une grosse préférence pour le cerveau de ses victimes.  Les mésanges se nourrissent habituellement et principalement de graines et d’insectes mais pas que… bon je ne vais pas m’étendre sur le sujet au-delà du raisonnable… je dirais simplement que c’est aussi les lois de la nature.

 

fb44da9d.jpg

 

D’ailleurs, à bien y réfléchir j’ai connu quelques mésanges dans ma vie. Belles à croquer. Et qui ne mangeait pas que des graines non plus ! Et je confirme si elles ne m’ont pas becté le cerveau elles m’ont quelques fois pris la tête.

Mais que voulez-vous, malgré les avertissements l’homme succombe souvent aux chants des sirènes. Mais par chance, j’ai croisé le plus souvent des colombes dont la douceur des plumes cachait un vrai cœur de velours. Il ne faut jamais généraliser.

 

Dans une autre chronique, en vous parlant de prénoms qui persistent encore en nombre aujourd’hui dans la liste de mes amis et  qui ont pu jalonner ma vie  ou l’éclairer comme un soleil dans la nuit, il y avait le prénom Sophie ! C’est un peu normal puisqu’il parait qu’il fait partie des 20 prénoms les plus donnés. Et puis, un prénom qui signifie sagesse est enviable…et l’idéal pour beaucoup de maman.

 

Mais revenons aux vrais oiseaux tout en gardant ce prénom sous l’aile. Je voulais vous parler d’une mésange en particulier, l’une des plus jolies qui soit et qui s’appelle ça ne s’invente pas : La mésange de Sophie. Je n’avais rien de particulier à vous en dire sinon qu’elle se pare d’un plumage multicolore, qui rappelle  les couleurs de l'arc-en-ciel.

 

Bon pour aujourd’hui je crois que c’est bon ! Je vais regarder un peu la télé… plus tard j’appellerai une ou deux personnes pour échanger quelques banalités… à moins qu’elles ne me devancent. C’est vrai que je ne suis pas très téléphone. On me le reproche assez mais… on ne se refait pas.

 

92758635_10222727519366327_1324552903175700480_n.jpg

Ha j’oubliais et c’est pourtant le plus important ! Une très jolie photo de Candice… signée Bertrand Rindoff Petroff Candice Berner avec notre Bebel National dont c’est aujourd’hui l’anniversaire. Je les embrasse tous les deux.

 

La dernière fois que j’ai croisé Jean-Paul Belmondo c’était durant le tournage de « Peur sur la ville » le film d’Henri Verneuil fin 1973 me semble-t-il et j’ai le sentiment que c’était hier.  

 

Je reprendrais presque à mon compte les mots de Candice que je trouve tellement juste pour qualifier ce géant du cinéma ; il était, simple, humble, accessible… Et pourtant contrairement à Candice je n’étais pas son ami, j’aurais bien aimé ceci dit. Très beau souvenir.

 

Ainsi Va la Vie…

 

Je vous embrasse

Prenez soin de vous, a très vite.

 

Williams Franceschi

 

 

 

 

 

 

Conseils de la semaine 

 

 

 

 

 

2019_01_pch_ouquetusois_t1_plat1-490x800.jpg

 

83179206_1057946624553407_841597312642842624_n.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

51668592_10215842239241674_687095605155069952_n - Copie.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 img145.jpgimg142 - Copie.jpg

 

 

 

  

 

 

 



09/04/2020
8 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 169 autres membres