Pas d’AMOUR sans AMOUR - Articles & Chroniques

Articles et chroniques

Articles et chroniques

Pas d’AMOUR sans AMOUR

45430983_10156690105489593_654186925782990848_n.jpg
Eva, la quarantaine, vit  dans le souvenir et l’image d’un amour  impossible qui s’est soldé par une séparation douloureuse. Cet espoir insidieux de le retrouver l’aveugle et lui interdit toute nouvelle relation. Mais la vie continue. Associée à Michel, qui plane dans un univers parallèle, elle vend, comme c’était  la mode et très avant-gardiste au cœur de ces années 90, des stages de sports extrêmes.

 

 

Mais les signatures des contrats doivent-elles passer par la case sexe? Et par là même, peut-être lui permettre de rencontrer l’âme sœur et l’oubli  en liant l’utile et l’agréable? Rien de moins sûr. Entourée par une famille envahissante au possible sa mère et ses copines la 44927097_2168661323165269_5070115610533298176_n.jpgpoussent. Mais l’exemple de sa sœur mariée qui a tout pour être heureuse et ne se prive  pas de  chercher autre chose ailleurs dans des cinq à sept quotidiens la freine et la révulse.

Et comme très souvent ; l’Amour, le vrai est peut-être là ! Juste à côté… Je ne vous en dirais pas plus !

 

Excellent roman qu’on a du mal à quitter même pour un court instant et peut vous faire passer des nuits blanches tant  on suit Eva de  près, très près   tout au long  ses péripéties. On vit, on souffre, on se désole, on ressent parfois l’ombre de la catastrophe se profiler  avec cette envie de lui souffler un conseil, de lui hurler un : Attention Danger!... ou de poser sa tête au creux de notre épaule. La fluidité, la légèreté, la simplicité apparente et l’éloquence d’Evelyne Dress nous captivent, nous émeuvent, nous fascinent.

 

Il y a Tant de sentiments profonds dissimulés sous le voile d’une certaine nonchalance…. Certaines scènes très chaudes, très très chaudes  auraient pu tomber dans le hard si elle n’avait ce don de jouer de  l’érotisme avec humour et de jongler entre franc-parler et délicatesse avec une élégance que l’on sent naturelle.   Quand on a lu d’autres romans de ce merveilleux écrivain, et en particulier : « La maison de Pétichet » nombre de lieux et de situations se recoupent. Il est évident que la réalité se noie dans la fiction pour notre plus grand bonheur.

 

Un excellent roman et  un fabuleux moment de lecture.

Merci Evelyne Dress.

 

Williams Franceschi

 

   « Pas d’Amour sans Amour »                    Evelyne Dress                       Editions Glyphe

 

 


 

 45365655_2447007958672606_8911009652511080448_n.jpg

 



06/11/2018
8 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 132 autres membres