Articles et chroniques

Articles et chroniques

En quelques mots... Tu PENSES à ELLE?

williams sur fond coudon .jpg
– Tu penses encore à elle ?

– Tu me poses toujours la même question. Et si tu me demandais : Est-ce que tu penses, qu’elle pense  à toi. Pour changer un peu ?

–Alors je te pose la question : Penses-tu qu’elle pense encore à  toi ?

– Ben voilà ! Et bien…J’en sais rien ! Affaire close ! On passe à autre chose.

– Evidement ! Et du coup tu réponds pas.

– Je pense… qu’elle ne pense pas : «encore»  à moi, parce qu’elle n’y a jamais  réellement pensé. Elle s’est mise à penser à moi à cause de ce que je lui avais avoué. Et je souligne, à l’encre rouge, que j’aurais mieux fait de la fermer.

– Pourquoi ? Tu ne le pensais pas.

– Si, oh si ! Au contraire justement.

– Alors ?

– C’est une histoire sans aboutissement possible.

– Ca, tu ne peux pas en jurer. À moins de lire dans l’avenir; t’en sais rien.

– Mais si !

– Mais non.

Et puis, ce qui me gêne, c’est les questions que cet aveu a pu susciter. Elle a pu croire que mes mots dépassaient mes pensées, que c’était du flan ! Une passade.

– C’est pas mal aussi une passade. Et aussi l’envie d’aimer sans se projeter trop loin. Mais le problème, c’est que tu savais que vous ne pourriez peut-être rien construire et pourtant tu avais besoin de lui confier cet amour qui te brulait.

– Je pensais que ça créerait une forme de complicité. C'est stupide. J’aurais pas du.

– Pas sûr.   

–  Y’a une chanson qui préconisait,  à juste titre et en le répétant en boucles, de ne jamais avouer un sentiment profond.

– N’avoue jamais de Guy Mardel.

– Tu vois, quand tu veux.

– C’était un tube, mais pas un chef-d’œuvre. Pourtant signée Françoise Dorin.

– En effet, comme quoi. Mais un texte très efficace. Ca compense. 

– La preuve,  tu n’as pas écouté une once de son sage conseil.

– J’aurais surtout pas du t’en faire la confidence.

– D’habitude tu ne confies rien à personne. Alors pour une fois.

– Ben c’est un fois de trop.

– Tu vois tu t’énerves et en plus ça te rend triste.

– Non. J’ai l’air triste. Que l’air.

– Remarque,  si ça se trouve, où qu’elle soit, elle a le même air triste  que toi face à quelqu’un qui lui pose la même question.

– Possible… tout est possible. Sauf qu’il y ait quelqu’un qui lui pose la même question.

– Pourquoi ?

– Parce que je ne crois pas que nous ayons vécu la même histoire. Donc, contrairement à moi, elle ne l’a racontée à personne. Et j’aurais mieux fait d’en faire autant.

– Ah l’Amour ! Donc tu penses à elle.

–Trop souvent.

 

Williams Franceschi

 

Nouvelle extraite de: "Ainsi Va la Vie" tome II 

 

 

Pub.............................................pub....................................................pub................................................pub

 

345878516_1425709474843947_900102309071850262_n.jpg



23/02/2024
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 194 autres membres