Articles et chroniques

Articles et chroniques

Mes conseils pour le FESTIVAL d’Avignon. N° 4



 

Non les spectacles conseillés ne sont pas classés par ordre de préférence du meilleur au moins bon. Si je les ai sélectionnés c’est que je les trouve tous excellents.  C’est juste une position aléatoire dû à la mise en page. « La Goulue » est une pièce  remarquable et ne parlons pas de Delphine GANSART qui entre tellement dans son personnage qu’on est en droit de se demander si en sortant de scène elle se souvient qu’elle n’est pas dans la vie  Louise Weber dite La Goulue et qui se trouve en 10eme position. Pas plus Que Martine FONTAINE dans  « 50ans ma nouvelle adolescence » qui est Royale ! Truculente, vive et vraie…. Allez la voir vous comprendrez et que le hasard a positionné en 12eme position.    

Une exception tout de même pour le premier « AMOUR et CHOCOLAT » que j’aimerai booster au maximum parce que j’écoute le public et que le public a toujours raison.

Et voila presque a mi-parcours du plus grand des festivals; le 4eme numéro de:

Mes conseils pour le festival D'Avignon

 

 mes conseil n°4 copier.jpg

Il y a des pièces qui cartonnent et d'autres moins, beaucoup moins .... C'est la règle. Pourquoi? ... J'ai mon idée mais est-ce la bonne réponse?

 

Pour celles qui cartonnent les raisons ne sont pas à aller chercher bien loin:  En premier elles sont excellentes et en accord avec ce que le public attend! Ce qui déclenche une pub par le bouche a oreille, la presse, les réseaux sociaux, des gouttes d'eau comme ma chronique....  et souvent la communication dès le départ était très bien orchestrée.

 

Pour celles qui ne décollent pas; souvent c'est le mystère. Les acteurs sont excellents, le thème aussi est pourtant... Mais le trois quart du temps les raisons de l'échec viennent de la difficulté au milieu de ces 1600 spectacles de sortir la tête de l'eau pour être remarqué.

 

Mais rien n'est joué... le festival dure jusqu'au 28....

 

 

 

65549867_1131735947035041_5717396263264059392_n.jpg

Amour et chocolat : “Amour et chocolat”, c'est un voyage joyeux, gourmand et poétique. 
La gourmandise et l’amour de la vie sont les fils d’or de ce spectacle. 
La vie d’un papa solo équilibriste entre sa recherche de l'amour, sa folie douce pour le chocolat, ses enfants, sa mère, avec elle il a toujours 5 ans.  Sa recherche maladroite de l’amour avec des rencontres drôles, tendres et cocasses. Elles valent le détour ! Sa famille avec sa mère magicienne de la cuisine, ses proverbes doux-amers comme le chocolat, ses ados acidulés tendres et piquants, son père foot d’amour, son grand-père épicurien et diabétique.Le hasard et l’incertitude créent de belles rencontres ! Elles nous transforment.
C’est plein de rebondissements comme la vie, une escale gourmande, émouvante et réjouissante ! Un showcolat à croquer et à savourer !« Amour et chocolat » est inspiré à 95% de faits réels.

 

Je l'ai placé en premier... juste parce que  les retours par le public sont EXCELLENTS  ! N'hésitez pas a aller vérifier !64995937_434550207382651_8154486820139171840_n.jpg

 

 Promenade de santé : Elle a envie de lui dire "Je t'aime" Il a aussi envie de lui dire "Je t'aime" Ils ont juste oublié un petit "détail" Ils sont tous les deux dans les jardins d'une clinique ...

 

65655719_470616727063548_5402109813645639680_n.jpg

 

La panne : Nono et Yaya s’aiment d’un amour inconditionnel et sans faille ou presque. Un soir alors qu’ils s’apprêtaient a` vivre une nuit torride a` deux, une invitée surprise est venue bouleverser leur idylle, la très redoutée mais non moins répandue PANNE.

 

 

La maitresse en maillot de bain :

66277403_2844714722236897_1666339932370632704_n.jpg

Après 3 festivals à guichet fermé au théâtre des Béliers, plus de 1200 représentations à Paris et en tournée, la Maîtresse passe au Collège de la Salle !
Bienvenue au paradis des gommettes, des doudous et des antidépresseurs ! 
Mandatée par le ministère de l’Education Nationale, une psychologue atterrit dans la salle des maîtres d’une école maternelle. Ce qu’elle va y trouver est très loin de ce qu’elle imaginait…


66127699_634914320323047_1505498539621351424_n.jpg

Deux fois rien : Ce sont des mots qui s’accrochent au cœur et vous serrent les entrailles à vous tirer les larmes. Et puis l’instant d’après, sans vous en apercevoir, vous riez aux éclats. Un voyage qui suit la courbe de vos émotions et s’arrête là où la vie s’égare.

Un « spectacle » (selon le comédien-auteur) ou un « concert » (selon le comédien-pianiste), pendant lequel les morceaux s’enchaînent entrecoupés par le jeu du duo qui se fait tantôt complice, tantôt taquin et qui nous conte des histoires de travers sur un piano droit.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A ciel ouvert : Ils se sont aimés, se sont quittés, sont restés amis. Du 66260995_2326054364179719_6705655026754256896_n.jpgmoins le pensent-ils...big_artfichier_774087_8260667_201906212237434.jpg


Isabelle, (Marion Dumas) bourgeoise provinciale par erreur (quoique...), et Antoine (Franck borde)   journaliste chéri des médias, finissent au fin fond de la campagne bordelaise une soirée arrosée sous les étoiles. Avec pour seule ombre celle du mari d’Isabelle, éternel absent...Ils ont la quarantaine, se souviennent, se racontent, s’interrogent, se (re)découvrent.
C’est l’âge dit-on...Peu à peu, ce qui paraissait si lisse se lézarde. Les non-dits et les secrets filent plus
vite que les étoiles. Ils rient, mais sont-ils gais ? Ils pleurent, mais sont-ils tristes ? Et s’ils pensaient tout simplement à vivre ? Ce sera peut-être, au final, le plus difficile.

 

 

 

 

Mademoiselle Palmer : Mademoiselle Palmer doit quitter le lieu où elle réside et travaille, toutes ses affaires sont emballées, à l'exception de derniers cartons contenant ses écrits. Ces souvenirs se tissent avec des poèmes qu'une musicienne accompagne. Les contrées défilent : la Martinique, Paris, Malte et Gozo, l'Italie, la Thaïlande, Prague, pour un voyage initiatique à travers les cultures, les paysages et les âmes. 

66094676_2312358115485366_928464589572538368_n.jpg


 

                                         

 

 

 

 

 

 

 

Ma petite Famille : C’est l’histoire d’une famille. Une famille ordinaire dans un monde banal, mais où on se pose de drôles de questions : un enfant avec une tête étrange a-t-il plus de valeur qu'un chat ? Vendre sa petite sœur pour s'offrir une place de cinéma est-il plus acceptable que vendre son père parce qu'il est franchement pénible ? Un texte sobre, drôle et direct, qui évoque une famille dans la norme d'un monde hors de notre norme. Une famille dont les membres rient, boivent, s'aiment, se disputent... et nous questionnent, tout en légèreté, sur le choix, la norme, la liberté et la résistance au modèle.

 

66509651_1598880576910361_5793195465306537984_n.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Lettre d’une inconnue :

affichelettreduneinconnue.jpg

L'histoire évoque les tourments d'une jeune femme prise de passion pour un voisin fortuné depuis l'âge de ses treize ans. Puis, la jeune fille devient femme et son amour croît avec elle. Elle n'aura de cesse de cultiver une passion dévastatrice. Dans une longue lettre testamentaire adressée à cet homme, elle crève l'abcès et dévoile son amour fou, resté secret jusqu'à présent. Sous forme de confession profondément touchante, cet écrit met en exergue la douleur de cette amoureuse absolue. Elle n'est plus femme mais amoureuse anonyme qui a tout concédé à cette passion et finira par lui sacrifier le peu qu'il lui reste...

Avec Caroline Vidal accompagnée par Guillaume Garrone au piano. Mise en scène et création lumière Céline Patrizio. Création musicale Guillaume Garrone.

 

 

 

 

 

Courtisane : La belle et célèbre courtisane, Veronica, qui dans la Rome

big_artfichier_774087_8260664_201906211908760.jpgdes années 1530, doit faire face à un dilemme. Sa fille Olympia s’est enfuie du couvent où elle l’avait placée. Que faire d’elle à son retour? La marier ou la faire courtisane comme elle ? Aucun autre choix n’existe. Son amie Anthéa, truculente commère, va l’aider à prendre une décision. Mais Olympia est-elle de la même étoffe que sa mère ?

65468283_2350352531687730_1298134413309116416_n.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Capture la goulue.JPG
La goulue :
Dans ce spectacle  qui mêle humour, sensualité et émotion
la comédienne Delphine Grandsart  incarne, avec un talent époustouflant  cette icône du Paris de la Belle Epoque, reine du french Cancan et des cabarets de la fin du 19e.
Accompagnée de Matthieu Michard à l’accordéon, elle raconte l’incroyable destin de celle qui a côtoyé Victor Hugo, a été la muse de Toulouse-Lautrec et a posé notamment pour Auguste Renoir. 
Blanchisseuse, star du Moulin Rouge, dompteuse de fauves… la Goulue était avant tout une insoumise, une féministe, qui menait une vie affranchie de tout carcan mondains ou toute morale. 

 De ses grandes heures au Moulin Rouge à sa chute vertigineuse, Delphine Grandsart incarne une Goulue plus vraie que nature et entraine le public avec gouaille et passion dans cette histoire fabuleuse et méconnue.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

24heures d’une femme sensible : Dans les années 1920, près de Paris, une femme mariée se désespère dans sa maison bourgeoise vz-3c885311-8e3f-40a9-9c51-9ffae02b95c5.jpeglorsqu’elle rencontre un homme, artiste, comme elle… De cette passion éphémère naîtront 24 lettres écrites en 24 heures pour pallier le silence et l’absence de son amant.
L’écriture, d’abord obsédante, se révélera au fil des heures et des pages, telle une catharsis, enivrante, sensuelle, libérée, jusqu’à faire éclore une prise de conscience. La quête de l’autre ne deviendrait-elle pas alors quête de soi ? L’écriture ne serait-elle pas la clé de l’émancipation ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

65755612_1292512700904593_5592128306511085568_n.jpg

50ans ma nouvelle adolescence : Fanny a tout juste cinquante printemps... Quand son mari la plaque brutalement pour une femme qui a l'âge de leur fils : 21 ans !

Martine Fontaine nous raconte alors avec humour, pudeur, et quelques pétages de plombs, le récit du choc, de sa chute, puis de sa résurrection : à la fin, elle sera devenue... Une nouvelle femme.

Une très belle écriture ! Royalement servie par Martine Fontaine ; une comédienne de très grand talent

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ILLUSIONS NOCTURNES 2019 (1).jpgIllusions nocturnes : Un artiste visionnaire revenu de Broadway rachète une ancienne imprimerie pour y créer le cabaret du siècle. Pétri d'ambitions, mais sans ressources financières, il s'entoure comme il peut d'une serveuse ancienne prostituée, d'un éclairagiste poète, d'un peintre révolutionnaire et d'une jeune polonaise chanteuse de métro, engagée pour assurer le spectacle. Tous ces êtres cassés vont se reconnaître dans leur quête commune, la création et l'Art. Le spectacle sera grandiose  
Mais l'ombre de la guerre imminente plane sur Paris et les destins de ces artistes restent incertains...

 


 

 

 

 

 

 

 66309830_344875719516241_4769230882043068416_n.jpg

Rapport pour une académie : Jouant des artifices de la scène, un artiste conte sa métamorphose depuis sa capture par le Cirque Hagenbeck.
Au travers de ce texte, KAFKA nous alerte sur l'ambiguïté de la représentation qui conditionne une certaine vision de l’Autre. Quel est ce regard hâtif et passif du spectateur qui s’abandonne à la manipulation de l’émotion et des artifices du spectacle

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour que tu t’aimes encore : Longtemps j’ai voulu être quelqu’un d’autre doutant de moi-même et puis un jour à la fin d’un spectacle une femme m’a dit : je veux être 64995746_2841090842598976_8644735806306516992_n.jpgvous. Cette déclaration inattendue m’a permis de revisiter tous ces modèles qui ont fait la femme que je suis.  
Après le succès d’Et pendant ce temps Simone veille, Trinidad nous propose de la suivre dans son voyage qui va de la découverte de Françoise Dorléac à 10 ans à sa rencontre avec Brigitte Lahaie à 50. 
Avec humour et tendresse elle s’amuse de la sexualité et explore via ses modèles la puissance des femmes et la fragilité des hommes, de la découverte de leur clitoris pour les unes à l’obsession de leur pénis pour les autres.
Du fou du Roi chez Stéphane Bern à Brigitte Lahaie sur Sud Radio. Trinidad est passée des couronnes aux sex-toys, elle nous livre ici ses petites clés Pour que tu t’aimes encore et en corps.

 

 

 

 

AFFICHE PAULINA AVIGNON.png

 

 

Paulina : Une femme est enfermée dans une chambre d’hôtel à Venise et nous raconte la souffrance de sa dernière histoire d’amour, un homme se cache derrière un discours altruiste, un autre exalte la violence de son mépris. Des personnages apparaissent et « Paulina » se convertit en un voyage au cœur de la solitude, du désamour, et de notre insatiable soif d’être aimé.
Un voyage aux racines de la barbarie. Une barbarie qui n’appartient pas seulement au peuple mexicain.
Pour nous laisser approcher cette barbarie, qui peut parfois nous paraître si lointaine, et pour qu’on se laisse toucher par elle, ce solo nous parle d’abord de notre douleur individuelle pour ensuite nous amener vers une douleur plus universelle.
Angélica Liddell écrit : « Quand je parle de mon propre destin dans "La maison de la force", ce n’est pas du narcissisme. Je le fais pour pouvoir parler des femmes assassinées de Ciudad Juarez : la sensibilité part toujours de l’individu pour aller vers le collectif. »

 

 

 

 

Vous avez le choix...... Je vous souhaite un excellent festival !



 

 



11/07/2019
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 148 autres membres