Il était une fois… Elsa Balduzzi - Articles & Chroniques

Articles et chroniques

Articles et chroniques

Il était une fois… Elsa Balduzzi

19029380_10155470242034214_902395621599064182_n.jpgIl était une fois

Elsa Balduzzi

Née à Aix en Provence, d’un père d’origine Piémontaise prof de maths et d’une mère Lyonnaise prof de philo ; bercée par tous les arts et la musique en particulier, c’est dès l’âge de 3 ans que ses parents  l’ouvrent à toutes  sortes d’expériences dans la magie des couleurs et de la peinture.

44237912_10156786516929214_4106978780772302848_n.jpg
Guidée, inspirée et initiée par sa tante Geneviève et sa grand-mère Suzanne peintres elles-mêmes ;  depuis elle ne s’éloignera jamais de ses pinceaux.

 

Si elle poursuit à Lyon  des études supérieures d’architecture d’où elle  en sort avec un DUT de technicienne supérieure en aménagement et design, son rêve secret reste de devenir décoratrice de cinéma. Cinéma où elle s’essaiera, en qualité ensemblier, le temps d’un film aux côtés de Marion Cotillard. Durant ses trois ans d’études, besogneuse et perfectionniste elle apprendra à parfaitement  maitriser, les techniques des grands maîtres de la peinture classique. En stage à la cité de la création elle peindra des fresques monumentales et des décors sur meubles ; passant de l’infiniment grand à l’infiniment petit non sans difficultés mais caressant ce plaisir envoutant  d’apprendre comprendre, toucher et  créer. Inspirée par Michel-Ange, Léonard de Vinci, Botticelli, Dali, Monet ou le peintre japonais Zaowou-ki ses bases sont à la fois riches et éclectiques.IMG_E5688.JPG

 

Si elle a connu simultanément l’amour et les souffrances du classicisme, elle a su, après s’être essayée à tout, s’en éloigner pour peu à peu pour se révéler dans un style propre qui ne ressemble à personne d’autre qu’a Elsa Balduzzi. Et quel style !

 elsa 2.png

 

La peinture ne s’explique pas. C’est juste une expression que l’on reçoit. Qui passe, vous séduit ou vous percute. Mais à la manière d’un graphologue qui cherche la personnalité de l’auteur des mots à travers le dessin de ses lettres on peut deviner  en filigrane dans la lumière des toiles d’Elsa, qu’elle signe Vava, une part de l’âme de l’artiste. En y rajoutant un entretien qui nous entraine dans le jardin de sa vie ; une âme généreuse s’éclaire, ouverte à l’autre, aimante. Elsa n’est pas seulement une artiste brillante ; c’est une femme lumineuse.

 

 

Williams Franceschi

 

 

Capture 2.JPGCapture article sur le vernissage.JPG
43706433_10156772897614214_7519342688424951808_n.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



09/11/2018
7 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 132 autres membres