Articles et chroniques

Articles et chroniques

Ainsi Va la Vie... épisode n°99 " Une FEMME d'ENCRE et de PAPIER"

22853324_1364162817040326_6636904334173734678_n.jpgDès qu’il posa son pied nu sur le carrelage,  le froid sec et vif du sol, s’immisça  à fleur de peau, le long de sa jambe et le fit frissonner. Avant que cette désagréable infiltration  ne lui envahisse l’ensemble du corps et ne s’imprègne, il chaussa ses charentaises, enfila sa vieille veste en pilou blanche informe, qui lui donnait un look de chirurgien désabusé, puis,  se dirigea vers la cuisine et appuya sur le bouton «Start» de la cafetière électrique. (Théoriquement programmable, mais qu’il ne programmait jamais). Il extrait  un quart de baquette, de son sac en plastique, le trancha en longueur et  introduisit les  tartines dans le grille-pain.

 

Le cerveau entre deux eaux, il attendit, en se frottant le visage à pleine main, que les premiers glougloutements de l’eau chaude lui donnent le signal de départ  vers la salle de bain.

  

Lorsqu’il revint, le café finissait de passer et la vieille cafetière, essoufflée, qui semblait avoir tout donné pour  terminer sa tâche, émit, en éjectant les dernières gouttes qui encombraient sa tuyauterie, une  petite toux rauque, plaintive et douloureuse. L’odeur du café et du pain grillé nappaient maintenant  la pièce. Plus qu’une odeur, un parfum, qui lui rappelait les matins d’hiver chez les grands-parents.

 

- Et c’est quoi cette petite voix ? Ou ce texte qui parle …

C’est la voix du narrateur

- Du narrateur ?

Oui le narrateur. Celui qui raconte l’histoire. Si ce manuscrit devient un scenario ça deviendra peut-être en partie tout au moins, la voix off.

 

-  Du narrateur à la voix off, selon la fonction tu changes de sexe en deux secondes. l’hermaphrodisme avec toi c’est pire que chez les escargots….

En effet !

- Et moi je fais quoi dans cette histoire ?

Le personnage principal.

 

- Mais on est où exactement ? J’ai du mal à suivre !

Il y a encore quelques jours,  on était tous les deux à la page 87 d’un roman en pleine écriture  et  pour des raisons pratiques et la rédaction de sa chronique hebdomadaire : « Ainsi Va la Vie » l’auteur a emprunté un bout de son roman  pour s’en servir dans sa chronique.

- C’est pour ça que je suis à moitié à poil ?… enfin au réveil !?

Ben oui. Je l’ai bien expliqué au début. Tu viens de te lever… Expliquer c’est mon rôle … Situer dans l’espace, le temps, le lieu ; donner des détails, des informations

- Et moi ?...

Et toi tu assures les dialogues. Tu parles, tu t’exprimes, tu interroges, tu vis, tu joues… comme les autres personnages.

- Et c’est qui les autres personnages parce que pour l’instant je suis vaguement seul ici maintenant et..

Ne t’inquiète pas ça va venir.

- Ha ! Il va rapatrier aussi les autres ?! Parce que je te rappelle que je vivais une belle histoire dans le bouquin et là je suis seul dans ce décor qui date des premières pages …

De la page 5 exactement… Et le récit s’inspire d’une période vieille  d’une trentaine d’année peut-être plus.

- Oui j’ai vu dans la glace de la salle de bain que j’avais pris un coup de djeuns. Et les autres alors ?

Je ne crois pas qu’il  rapatriera d’autres personnages. Mais ne t’inquiète pas. Tu vas y retourner dans ta belle histoire, c’est juste un emprunt provisoire.

 

 

- Il était obligé de nous extirper  de son roman l’auteur ?  J’étais bien dans l’autre histoire. Je commençais a parfaitement entrer dans la peau de mon personnage …Sam ? C’est ça ? J’aime bien en plus !

- Oui tu t’appelles Sam. Mais ne te réjouis pas trop vite du choix de ce prénom. Presque, mais pas toujours, presque tous les personnages principaux de Williams s’appellent Sam.

-NOoon !

Si !

- Et pourquoi ?

C’est un peu comme François Pignon chez Francis Veber. Sauf que s.a.m si tu regardes bien ce sont les trois dernières lettres de son prénom  en désordonnées.

- Et alors ?

Quand son personnage s’appelle Sam c’est qu’il est discrètement très près de sa propre personnalité et qu’il revit des pans de sa propre existence par procuration. Là où y’a Sam, Y’a un rien, souvent un rien de pas grand-chose d’autobiographie qui plane dans le script

- Donc je joue en partie la vie de williams ?

En toute petite partie seulement…

 

- Au fond je n’existe pas en vrai ?

Tu es un être d’encre et de papier…

- Tu dis que tu es le narrateur, mais tu es aussi l’auteur ?

Pas vraiment. L’auteur c’est le marionnettiste. C’est celui qui nous articule. Il nous fait faire et dire ce qu’il veut

- Donc je suis un héros qui n’a aucune liberté ?

Si on veut ! Sauf que parfois et même souvent, les personnages par les hasards du récit échappent un peu à leurs auteurs.

- Ah bon !? Mais moi tout ce que je dis c’est lui qui l’écrit. Je trouve que je ressemble  à une peluche de ventriloque

Belle peluche ! Il t’a donné un sacré look. T’as pas à te plaindre !

- Et il s’est inspiré de qui pour créer mon personnage ?

D’un acteur connu. Ca l’aide mais il ne dira jamais de qui pour laisser libre cours à l’imagination de chaque lecteur.

 

- Et ça lui arrive souvent de sortir ses personnages des pages de ses bouquins ? C’est marrant comme idée.

C’est la deuxième fois ! La première c’était pour l’anniversaire de la comédienne Sophie Gourdin il avait fait sortir son personnage de la page 132 pour 24273784_1878453128861428_6836047102553746363_o williams et sophie.jpgrejoindre le texte d’une nouvelle de quatre pages où son héros souhaitait un joyeux anniversaire à  son amie Sophie ; qui elle-même dans cette nouvelle jouait un rôle de prof d’anglais durant le tournage d’un film…  ce fut un joli cadeau d’anniversaire et surtout pas courant et inattendu. Elle s’en souvient encore ! Ils en ont parlés cet été.

 

- Mais aujourd’hui, qu’est-ce qu’on fout dans cette chronique à par d’expliquer ce qu’est un personnage de roman ?

Il y a quelque temps, Catherine, Cat pour les intimes, une lectrice devenue amie par le truchement d’internet mais que Williams ne connaissait pas de visu  lui a rendu visite accompagnée de  la chanteuse Hélène Mignerey. La visite était prévue et le bonheur de se découvrir en vrai prévisible. La fidélité dans les lectures, le suivi dans la vie professionnelle et par débordement  dans la vie privé créent des liens. Des liens qui peuvent paraitre virtuels jusqu’au jour où… l’image prend forme et la réalité se substitue à l’imaginaire.

- Et quel rapport avec nous ?

J’y viens !

- J’attends

Pour Catherine et pour quiconque d’ailleurs, la première découverte d’un auteur, d'un compositeur, ou simplement d'un chroniqueur aussi modeste soit sa notoriété, qu’on ne connait qu’à travers ses textes ou ses chansons  n’est jamais simple… On connait la photo, l’image, la voix, les mots, la sensibilité ou les positions mais tout ça mis bout à bout ou monté en lego ça ne vous fait pas un être complet.

Alors williams a imaginé que les questions tout le long de la route et même après avoir franchi son portail avaient dû bouillonner…

 - …Alors, comment était-il vraiment cet auteur qui nous raconte tant de choses à l’abri de son écran ? Peut-être bien diffèrent de l’image qu’il donne ?...

 

Exactement ! En plus si la rencontre s’est bien passée Catherine lui a parlé d’un texte dans lequel il racontait l’histoire  d’un petit d’arbre. Mais ce petit arbre existait-il dans la réalité ?

- Alors existait-il ?

Et oui ! Il lui a même présenté ce petit olivier et ce petit figuier passé plus inaperçu dans le texte. Catherine était passée de l’imaginaire au  réel. Ca prouvait que parfois ;  vous entrez au cœur des  images d’un livre, d’une nouvelle ou d’une chronique au point de vous  confondre dans le paysage comme si vous y marchiez. Et puis un jour, plus rare, au détour d’un chemin vous découvrez un paysage et vous vous souvenez que c’était celui du livre…

- Un peu comme Catherine ce jour-là.

...Et vous vous  apercevez que l’auteur n’avait rien inventé. Il vous avait simplement dépeint les lieux avec tant de minutie et  une telle vérité que si vous y aviez cru à vous méprendre vous n’auriez jamais imaginé  qu’ils existaient vraiment.

 

 

- Et aujourd’hui on fait quoi ?

Puisque williams avait invité Catherine chez lui dans la réalité ; aujourd’hui il l’invite à entrer chez lui dans son texte et à devenir pour un instant : « Une femme d’encre et de papier ».

-Elle va devenir un personnage ?

Exactement. D’ailleurs elle est juste à côté de toi

-  Bonjour Catherine

- Bonjour Sam

- Alors Cat ! Ca fait quoi d’être entré dans un texte? D’avoir traversé le miroir ?

- Tout drôle ! À vrai dire, je…

 

- Dis-moi la voix off, elle a l’air émue. J’aimerais te dire quelque chose mais sans que Cat l’entende…

Il suffit que tu penses … Les pensée s’inscrivent en italique et je lis  les pensées comme les lecteurs basics, mais pas les personnages entre eux. Pas plus qu’ils n’entendent la voix off ou le narrateur

- Et pourquoi je t’entends moi ?

C’est un effet de style juste pour la chronique

- Ha OK !...

- Alors j’ai une idée… Si l’auteur nous ramenait dans un des chapitres du roman ? Mais avec Cat.

C’est une idée. Mais ça demande pour qu’elle y apparaisse de réécrire une partie du chapitre. C’est du boulot…

- Williams n’a qu’à la faire apparaitre comme une figurante.  Juste pour qu’elle sente l’ambiance du récit. Comme ça il l’aura invitée dans sa chronique et dans son bouquin. Après il suffira de couper la visite au montage

Bonne idée…Essayons !

-Mais pas à la page 5 au petit-déj où je suis à moitié… dans mon minuscule appart d’il y a trente ans et des brouettes.

Ok ok, on va essayer d’entrer  plus loin après que Williams ait modifié le texte original…

………

Après un terrible accident qui l’avait pratiquement immobilisé durant trois ans, Sam, n’avait pas retrouvé son entière mobilité. Ses jambes ne suivaient pas encore, avec un synchronisme parfait, les directives de  son cerveau. Il en souffrait, mais savait qu’à force de persévérance, de travail et de rééducation, il y parviendrait.

 

Il y parviendrait. Mais ce jour-là, quand il la vit virevolter sur la piste, entrainée par les mains d’un superbe danseur à la plastique irréprochable, plus tout à fait éphèbe et pas encore apollon, ses doigts ne purent s’empêcher de suivre sur le bord de la nappe, comme s’il pianotait sur des touches invisibles, les envolées de Jerry Lee Levis tandis que ses pieds, même si  la pointe en martelait le rythme, restaient plantés au sol plombés comme les pieds lourds d’un scaphandrier dans la vase.

 

24059158_10212891545462141_3397643453544994925_n.jpg
Ce jour-là, perdu par chance, au milieu d’une foule d’invités, il aurait voulu se masquer les yeux  derrière des lunettes noires pour qu’elle ne remarque pas sa présence et qu’elle ne sente pas le poids et l’insistance de ses regards. Elle se prénommait Lyse. Une dame en s’approchant d’elle avait prononcé  son prénom à haute voix,  ça n’avait pas échappé à Sam.

 

 En se cachant d’elle il se dissimulait involontairement aussi de la vue de Cat et d’Helene deux amis venues spécialement pour voir et écouter le groupe de Rock " Les Vagabonds" et Olivier Cantore son  chanteur à la voix exceptionnelle.

 

Gracile, aérienne, raffinée, Lyse ne dansait pas, elle survolait, glissait, planait, patinait semblait-il parfois, avec une telle grâce, une telle légèreté, qu’elle donnait l’illusion d’effleurer le sol sans jamais le toucher. Etait-elle envoutée par la danse, le rythme, la musique. C’était la première fois qu’il la voyait et il savait qu’elle avait déjà changé quelque chose en lui.

 

Bien Avant la fin de la fête il quitta la salle dans la plus grande discrétion et regagna sa voiture d’un pas difficile et quelque peu désordonné. La musique derrière lui laissait trainer des effluves de notes encore audibles assourdies par la distance. Lorsqu’il ferma sa portière, ne subsista que le tempo sourd et lourd des basses.

Avant de démarrer, il eut un long passage à vide, qui le garda pensif et immobile…

 

...Et nous voilà revenus à la chronique qui touche à sa fin… Chacun va retrouver sa réalité et Cat quitter son personnage de : « femme d’encre et de papier » pour redevenir l’amie-lectrice

Ainsi va la vie… (La vraie)

 

(A suivre…)

 

Williams Franceschi

 

 

 

Le visage de quelques amis et lecteurs... Sophie... Anne-Marie... Henri... Nadia... Jacqueline & Bernard... Chantal... Caroline... véronique... Michèle... Martine... Patrick... Claudie... Patrick... Nicola...  Sylvie... Nadine... Daniel...


23517936_10155287255851795_6222434850439442364_n Sophie gourdin.jpg27783219_10210414736420399_267300449_n anne marie Bigard (3).png

10801791_1395851944042349_6932409678362717728_n henri gas.jpg

 

27750144_2030958950483884_9019468645176609387_n jaqueline et Bernard.jpg
14947652_10211565022587870_6383046711481392511_n nadia plazenet.jpg
18664296_10209702713712822_777249118777593472_n veronique roger.jpg
1233046_10201925839249735_532908420_o chantal fischer gomont.jpg
27540615_10211205568597488_3611616012025482251_n michelle pradalier.jpg
1377260_10204057684113971_1658870618487783674_n caroline Grimm.jpg
10850163_1046812388668938_3716496090598047573_n patrick migeon.jpg
27332669_10213775956547163_2878381467124003948_n martine jean.jpg
17352374_1348977985145702_5100966832610410406_n patrick tarou.jpg
14364701_10154529362199089_7911675745701949399_n claudie caro.jpg
10679653_399240973556746_6615347628554472565_o nicola frassenito.jpg
10923242_10206091574314870_6984760374388849293_n nadine guillon.jpg

16142456_786086208205552_4870605535609917474_n.jpg
180792_1600174839928_4969284_n daniel havy.jpg



















09/02/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 134 autres membres