Articles et chroniques

Articles et chroniques

Ainsi Va la Vie… épisode n°90... Les PHOTOS

Will 75 001 (2) - Copie.jpg
La semaine dernière j’ai rangé, effacé, réorganisé une quantité pharaonique de textes
et  fichiers textes qui encombraient mes tiroirs et mon ordi. Alors cette semaine pour changer un peu, ne pas perdre la main et les bonnes résolutions, je suis passé aux photos.

 

Quand je les téléchargeais, aujourd’hui ça va mieux, mais il fut un temps pas si lointain où, quand je les téléchargeais je ne retrouvais qu’une fois sur deux l’emplacement précis où  ces fichus fichiers photos avaient bien pu atterrir

 

Evidement en les retéléchargeant pour suivre le parcours secret  qu’elles avaient initialement suivi et qui m’avait échappé la première fois je les téléchargeais une seconde fois. Donc une de trop. Et une de trop  vers : «Je ne sais où». Et c’est justement ces : «Je ne sais où» que je découvre un peu partout maintenant et que j’essaie à grand peine de rectifier faute de quoi je me retrouverai à nouveau avec les mêmes clichés en une multitude d’exemplaires disséminés un peu partout...

 

Il y a des jours, même si je reconnais le pratique et la facilité que cette grosse bestiole à Willy sur scene transpire copie.jpgtouches et à écran nous apporte ; où je regrette les bons vieux classeurs à feuilles transparentes et les photos sur papier. Pour tout vous dire, au risque de paraître rétrograde, il y a encore beaucoup de choses que j’imprime et que je classe comme avant.

 

Aujourd’hui, avec nos téléphones, tablettes, ordi et toute la panoplie d’appareil mis à notre disposition qui a l’origine n’étaient pas onçus pour cet usage on fait des photos à tour de bras. Des photos en quantité industrielles que nous ne regardons jamais ou très rarement. Si leurs qualités techniques, de par la sophistication des appareils, sont d’un niveau exceptionnel ; il n’en va pas de même de leur qualité artistiques et avouons-le rien ne remplacera jamais l’œil d’un photographe.  

 

Elles n’ont plus non plus la même vocation. Les photos aujourd’hui sont devenues un moyen de communiquer. Certaines photos posées sur les réseaux sociaux ou ailleurs ne ressembleraient-elles pas à des bouteilles jetées à la mer. Ne cherchent-elles pas qu’une main secourable ou simplement en phase, vienne les cueillir sur l’écran comme si elles s’échouaient, bercées par le ressac des vagues, sur le sable d’une plage ? Mais
au fond pourquoi pas !  Dans ce monde de grande solitude, les photos en forme de S.O.S me semblent plus courantes qu’il n’y parait. Si vous y tenez j’aborderai ce sujet une prochaine fois. Pour l’instant parlons des photos dites normales.

 img051.jpg

Dans les photos ; et là je vous parle d’un temps que les moins de 50 ans ne peuvent… ah ! Vous connaissez la suite malgré ma petite liberté sur le nombre des ans ? Ça prouve  que nous sommes d’une génération très proche et ensuite que le texte d’une chanson a beaucoup plus d’importance qu’il n’y parait. Chanson de ? Charles Aznavour bravo ! Mais texte de ?... Jacques Plante… j’aime bien qu’on rende à César ce qui n’appartient pas à Marius. C’était un aparté, revenons à la photo.

 

Donc dans les photos, il y a d’abord les bonnes vieilles argentiques noir et blanc ou couleur que j’ai scannées et qui après nettoyage m’apparaissent presque neuves tout en ayant  conservé leur patine. C’est magique de  voir mon grand-père dans les années 20, un Noël en famille, des photos de scène, ou de simples photomatons en grand format sur écran et de se remémorer le lieu, l’époque et les circonstances,   de certaines prises de vue.

 

img090.jpgD’ailleurs cette recherche archéologique demande quelquefois, si l’on s’interdit de regarder les dates au dos des photos, un bel exercice anti Alzheimer. C’est un petit jeu auquel je vais me livrer un peu plus loin.

 

Pendant de nombreuses années j’ai fait du cinéma. Un peu devant la caméra mais ce fut presque anecdotique et beaucoup derrière en 16mm puis  en Betacam  et parallèlement en amateur en  8, super 8, VHS, mini DV… pour enfin revenir  à la photo.

 

Le problème quand on est passionné d’images c’est qu’on ne peut pas être à la fois devant et derrière l’objectif. Résultat on a beaucoup moins de photos de soi-même qu’on ne  l’imaginait. Et avec le temps c’est souvent celles-là, ces invisibles, que personnes n’a prises que nos proches, nos amis, nos fidèles lecteurs, ou nos fans (j’ose ce mot puisque vous l’employez vous-même régulièrement)  aimeraient voir.

 

img054.jpgLorsque j’étais sur le devant de la scène, comme  artiste ou chef d’entreprise, j’accordais une importance primordiale à mon image. Et puis, en passant de l’autre côté du miroir ma plume est devenue bien plus importante que mon visage. Qu’importe pour un auteur qu’il ait une belle gueule ou pas, ça peut aider mais ce n’est pas ce qu’on lui demande en priorité, enfin pas toujours.

 

Photo ! Clic ! Le temps s’immobilise…Parfois même nos souvenirs ne sont nés que d’elles. Vous êtes certain de vous souvenir de tel évènement, de telle période de votre vie, de revoir avec exactitude le visage de certaines personnes mais à vrai dire ce sont les photos que vous avez parcourues dans l’album familial dont vous vous souvenez. Uniquement des photos

 

Il en va de même pour la mémoire collective. On vous a dit, redit et rabâché tant de fois que vous sautiez sur les genoux de cette grand-mère, dont vous n’avez que de vagues souvenirs et encore quand ce n’est pas le vide absolu,  que vous finissez par revoir le film de ces instants comme si vous y étiez… Et cette illusion vous est d’autant plus convaincante qu’elle s’appuie sur des photos. « Les souvenirs qu’on s’invente sont les plus beaux » a écrit William Shakespeare dans Roméo et Juliette.  

Nous ne pouvons pas nous rappeler de tout. Pourtant presque tout de028.jpg notre histoire nous intéresse. Surtout ce que nous avons oublié ou pour des raisons diverses parfois volontairement occulté. Les photos ne sont pas la mémoire, mais l’illustration de la mémoire ; juste une preuve visuelle.

 

Clic !... le temps s’est arrêté. Les photos  nous ramènent un jour précis dans le passé. C’est l’enfance. La toute petite et ces parents qui nous entourent. Leurs yeux débordent  d’amour et leurs mains protectrices serrent nos petits doigts. Nous sommes leur centre du monde.

 

Clic ! 16 ans l’avenir est devant nous. Premiers amours, premiers émois, premier chagrins, premier rêves, premières illusions. Premier amour… dieu qu’elle était jolie. Premier amour que l’on croit éternel et qui ne durera que l’espace d’un été. Premières tentations libératrices. Premières convictions, premières  certitudes. Premières réussites, premiers échecs.

 

031 - Copie.jpgClic !  Nous avions 20 ans que la vie était belle… tu parles ! On ramait comme des dingues… Aujourd’hui on regarde cette époque avec nostalgie  et on la raconte comme si elle avait été bénie des dieux ! On se ment. C’était galère. Le seul truc d’intéressant c’est qu’on était jeune. J’aurais bien aimé être insouciant, malheureusement l’insouciance demande du temps libre et des moyens que je n’avais pas. Sur ce  quotidien  je jette un regard lucide. Et aussi un regard poétique. J’y ai vécu des expériences inoubliables que je souhaite à tout le monde. J’y ai vécu des amours irréels et des chagrins immenses. Tout est toujours proportionnel.

 

 

Clic ! 30 ans. Enfin le ciel semble s’éclairer. Il lui arrive même de s’illuminer. On avance. On est beau, fort et ambitieux… Tous les espoirs sont permis. La chance qui nous faisait la gueule daigne nous regarder en face. La chance;  elle a de beaux yeux et un corps de déesse. Est-on en mesure de la séduire ou en passe de lui succomber. Qui tend ses lèvres à l’autre ?  

 

Clic ! 40 ans. On n’a pas pris les chemins les plus courts. Le destin a guidé nos pas. Entre réussir sa vie et réussir dans la vie la question ne nous a même pas effleurés. On a croisé l’amour, on l’a connu, on l’a gâché, perdu ou préservé. On a aimer avec passion... à la folie.. et  sur les photos on est plus beau que jamais à croire que le temps et les affres de la vie n’ont pas d’emprises.

 

Clic ! 50 ans. Période de crises, de doutes, de remises en questions. On ne tire pas de bilans définitifs  mais l’on commence à comparer les photos. De toute façon les dés sont jetés depuis belle lurette. On peut vaguement rectifier le tir, faire un régime ou un peu de sport, mais pas refaire le parcours. On modifiera quelques détails.

A-t-on changé? Ou se calme qui semble avoir pris le dessus sur toute forme d'exaspération ne serait-il que de la sagesse?   

 


Clic ! Une autre décennie. Celle-là on ne l’a pas vu venir. Et même si l’on est conscient que la porte de sortie est plus proche que la porte d’entrée ; la vie, sauf accident, est encore loin d’être terminée. De très  beaux jours naîtront sur l’horizon.

 

Les projets sont plus simples plus réalistes. On éprouve plus de plaisir à donner qu'a recevoir. Et les photos que nous faisons avec les enfants sont d'abord pour eux. Une façon d'exister, d'être présent par procuration chez eux, avec eux . Même en tout petit perdu dans leurs albums numériques alors qu'ils trônent en grands sur nos murs.

 

williams dans les nuages - Copie.JPGCe n’est pas encore l’automne (du moins on s’en persuade), mais plus vraiment l’été (ca on en est sûr). Et les couchers de soleil sur la mer ne dessinent pas le déclin du jour. Juste un juste repos de l’astre suprême pour préparer un lendemain rempli d’espoir et nous offrir will dans le jardin.jpgune belle lumière qui  permettra les jours suivants de  prendre encore de belles photos.

 

Quand on demande a un auteur ou un compositeur qu'elle est d'après lui sa plus belle chanson il a tendance, en se mentant un peu, à

répondre: "La dernière".

Et moi j'ai tendance a penser: "La prochaine".

Alors, qu'on nage dans le plus grand bonheur ou qu'on soit en attente d'amour, comme pour la chanson, la plus belle des photos c'est: CLIC ! ....."Celle qu'on prendra demain..."

 

Ainsi va la vie.

 

(A suivre…)

 

Williams Franceschi

 

Photo: n°1.. Christophe Marguerite 1978 Gignac la Nerthe - n°2... 1974. Galas Asnières - n°3 1975 .. Bezons - n°4 1983 H.Ely ( Le Provençal Aix) - n°5 1959 Toulon - n°6 et n°7 1996 Lambesc - n°8 Sophie Vernet 2016 - n°9... 2016   

 

 

Conseils de la semaine

 

"Vous écrivez ?" le dernier roman de Jean-Philippe ARROU-VIGNOD

"La Maison de  Pétichet" le dernier Roman d' Evelyne DRESS  Un petit bijou Incontournable! 

"Complètement Marjo" onewomanshow de MARJORIE FALUSI  Le 17 décembre a 20h Théâtre Le Royal à Nice  

"Concert A.H.I"  Pascal Danel, Christian Delagrange, Sloane, Angela AMICO... Le 17 décembre   Salle des fêtes de Lecelles (59)... 

"Hommage à Elvis" OLIVIER CANTORE  et "Les années Yéyé" KETY LUCY  ca c'est le spectacle  que vous pouvez réserver si vous êtes un particulier (c'est possible) mais plutôt un organisateur ou un comité... Soirée réussie garantie

"ON FETE 2018" avec Les VAGABONDS Le 31 Décembre Génération Laser 62 Av de Reims 02200 Soissons

 

 

22730503_1962269917374024_4609531292471087690_n.jpgCapture 2.JPG24824493_1746781462284731_2081503879_n.jpg

 

   

                          

                                                                              15241917_1236821003058601_1273990333751766497_n.jpg 24174403_1519596318088227_831310287120959725_n.jpg24232103_815906901921635_8276891157142427677_n.jpg
                                    
                        
        


16/12/2017
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 130 autres membres