Articles et chroniques

Articles et chroniques

Ainsi Va la Vie… épisode n° 253… Le 60 ème festival de télévision de Monte-Carlo

146832426_10158981492494894_3364637244751170426_n.jpg
 

Le festival de Monte-Carlo est à la télévision ce que le festival de Cannes est au cinéma.

 

Ce festival,  créé à l’initiative  du prince Rainier III en 1961, fêtait cette année son soixantième anniversaire et aujourd’hui encore les six nymphes d’or sont plus que jamais reconnues comme les plus prestigieuses récompenses télévisuelles.

 

 

images.jpgscreen-shot-2021-04-16-at-09-59-20-1618563647.jpgSans trop entrer dans les détails de la liste  des six   trophées, peut-être un rien fastidieux, du millésime 2021 dont le palmarès a été dévoilé par le Président du Jury, Måns Mårlind,  je soulignerai juste, que   côté films de télévision : c'est Uncle Frank, produit par Miramax et Amazon Studios, qui remporte le pompon, permettant dans la foulée  à l'acteurPaul Bettany de décrocher le prix du Meilleur acteur.

 

Et pour la  meilleure série : la statuette a été attribuée à la série anglaise :   It's A Sin, de Russell T. Davis, qui raconte la propagation du SIDA sur fond d'Angleterre en crise dans les  années 80. Et  pour sa performance dans cette série Lydia West s’est vue attribuer  le prix de la meilleure actrice.

 

 

 

Comme chaque année, pour la plus grande joie de leurs fans,  des célébrités, d’Audrey Fleurot à   Héloïse Martin, d’Ingrid Chauvin à  Fabienne Carat  en passant par nombres d’autres,  oubliant pour un instant les exigences d’une  quelconque promotion se  sont prêtées  aux feux des photographes avant d’accepter très gentiment le jeu des autographes et des selfies.

 

Au cœur de Monaco, ce festival ne peut se comparer à aucun autre festival.  Il faut bien avouer que dans un écrin pareil, si l’on oublie les grues qui avilissent le ciel et la vue,   la féérie opère toujours.

 

195950691_4270710369639493_3602972231617844668_n.jpgA mes yeux, mais je m’y attendais un peu soyons honnête, l’évènement le plus marquant de ces cinq  jours fut sans conteste  la sélection et la projection hors concours lundi 21 à 11 heures, du film de Sylvie Ayme « Meurtres sur les iles du Frioul ». L’annonce de cette sélection, comme un cadeau mérité,  m’avait enchanté et j’espérais que cette avant-première  conforterait mes ressentis et mes analyses. J’ai toujours considéré que les films  projetés hors compétition ne l’étaient pas par hasard mais comme un exemple à suivre. Et dans ce cas précis, c’était  précisément le cas.

 

Car au fond, et ça peut paraitre simpliste, mais que faut-il pour faire un bon film ? Une très bonne histoire, des acteurs au top, un cadre exceptionnel et une multitude d’éléments magiques… Tout y était, il ne manquait plus que l’avis du public.

 

 

Mais, reprenons notre check-list avant décollage: Le scénario de David Crozier  et Camille Guichard  est cohérant  et parfaitement ficelé. Le lieu du tournage:  Marseille et les iles du Frioul offrent un  cadre exceptionnel dans un décor naturel. Décor qu’il fallait savoir mettre en valeur mais avec de tels paysages tous les miracles étaient permis si l’on employait  la bonne fée. Ensuite,  les acteurs : Tous excellents, du figurant aux plus petits rôles.  Mais, et c’est là l’idée de génie, il y a surtout le duo de choc : Francis Huster/Jeremy Banster. Deux acteurs surprenants  par leurs différences et leurs incroyables ressemblances avec cependant deux éblouissants  points communs : Le métier et le talent. Et là, devant nous, à crever l’écran : Deux flics. Le père et fils. Le nouveau et l’ancien. La jeunesse et la sagesse, la fougue et le flegme… et des différents   à régler en plus d’une enquête bien plus compliquée qu’il n’y parait.

 201953958_10159372839438501_4160024936307920953_n.jpg

Peu de gens peuvent  imaginer ce que représente la création d’un film de l’idée jetée sur le papier à la projection sur l’écran ?... Partir de rien pour en arriver là ! Ecrire, proposer, financer, prévoir, tourner, monter, réaliser, produire et passer des nuits blanches… la liste est bien trop longue.

 

Quand on se lance dans une telle aventure, même si on y croit dur comme fer,   Il est toujours difficile de prévoir avec certitude que ça va marcher et encore moins que l’on prépare un énorme succès… mais déjà,   s’engager dans une course avec une Porche et une Maserati sur la ligne de départ  augure des meilleurs résultats possibles.

 

Des meilleurs, mais  encore faut-il savoir  piloter ces deux bolides hors normes et c’est là, que la réalisation, de   la mise en scène au montage, de Sylvie Ayme fait toute la différence. Francis Huster le lui a confirmé, même si pour rire j’en revendique la paternité, Sylvie Ayme est un grand, très grand metteur en scène. Je préfère ce mot à réalisatrice,  et le résultat, y'a pas photo, le résultat est là!...

 

A la fin de la projection il suffisait d’écouter les réactions… et ces réactions étaient hyper positives qu’elles proviennent de professionnels ou de simples spectateurs. J’en relèverai deux parmi tant d’autres,  qui m’ont fait sourire et frémir de plaisir  tant elles rejoignaient mes pensées et mes propres propos. D’abord un : « Waouh ! Je ne m’attendais pas à ça !» Suivi par un: «C’est génial !» Et aussi : «C’est plus un téléfilm… on est dans un film de  cinéma ! Excellent en plus ! » Et oui, avec ce brillant trio : Francis Huster, Jérémy Banster  et  Sylvie Ayme,  on est dans le cinéma, le bon cinéma. Le public a toujours raison.

 

Je ne sais pas quand  France 3 prévoit de diffuser ce « Meurtres sur les iles du Frioul » mais  je suis prêt à parier gros, sur un extraordinaire  record d’audience. Et quand un record émane d’une telle qualité; quel bonheur !

 

 

………

 

En attendant que vous découvriez cette merveille sur vos écrans… Au revoir Monaco  avait écrit Sylvie dans  un post mardi soir sur sa page Facebook.

 

204269901_10159377172118501_3082155890946419380_n.jpg

 

Le festival est terminé. La fête s’achève à peine. Les évènements tout proches glissent encore  leurs reflets sur le rideau bleu de cette dernière nuit qui flotte au-dessus de la mer et se confond sur l’horizon face au balcon de la chambre.

 

Ces quelques jours  ne se gravent pas encore dans le marbre des souvenirs. Tout  semble   en suspension dans l’air entre rêve et réalité. Et puis, juste cette image, une photo jetée sur un écran …

 89371112_3726924540680935_2579887829941223424_n - Copie.jpg

Il y a quelque chose de terriblement émouvant dans ce trois-quarts dos. Son regard, l’expression de son regard vers l'arrière, cette jolie robe noire, son hyper féminité, ce charme délicat qu'habituellement  elle masque avec pudeur... et là, elle exprime tout en une seule image.

 

Elle qui sait si bien guider les autres et donner tant d’amour aux artistes,  elle est simplement restée elle-même, naturelle, naturellement belle jusqu'à l'émotion....

 

 

(Je t'embrasse...ou plutôt je te souffle un baiser dans le creux de la main à l'image de la délicatesse de cet instant magique et rare teinté de vie, d'espoir et d'un soupçon d'une élégante et infinie tristesse)… ce n’est qu’un au revoir … le spectacle continue... on se retrouvera bientôt… et encore… Bravo !

 

Ainsi Va la Vie…

 

Williams Franceschi         

 

 

Pub................................pub..............................pub................................................................PUB....

 

img145.jpg

9782352851240-306x495.jpg

artfichier_774087_8998828_202105131506182.jpeg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

195438232_10159240684054593_953009053566785568_n.jpg



25/06/2021
23 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 180 autres membres